SASU ou micro-entreprise : comment choisir ?

Les statuts de SASU et de micro-entreprise comportent chacun leurs avantages et leurs contraintes. Découvrez notre comparatif.

Comment choisir entre SASU ou micro-entreprise ?

 

SASU ou micro-entreprise, comment faire son choix ? On vous dévoile tout ce qu’il faut savoir sur ces deux formes juridiques en tout point différentes. Lancer son nouveau projet professionnel correctement implique de choisir un statut qui permet de développer ses idées de la meilleure manière possible. Découvrez dans ce nouvel article les différences et les points communs qui définissent ces deux statuts.

 

La SASU ou la micro-entreprise ?

Le statut de la micro-entreprise se caractérise par un régime simplifié et ouvert à tous. Il a été créé tantôt pour tester un projet professionnel, tantôt pour exercer une activité complémentaire de son job salarié. Ainsi, il existe des seuils de chiffre d’affaires différents selon la nature de votre activité.

 

La SASU, quant à elle n’impose aucun seuil de revenus. Créer une SASU se révèle plus laborieux, car il convient de créer une toute nouvelle personne juridique. Le fonctionnement et la création de la société demandent plus de formalisme, mais aussi plus de contraintes.

 

Une autre différence importante réside dans l’engagement de votre responsabilité. Une SASU distingue deux personnes juridiques : le gérant et la société. La responsabilité est limitée à l’apport en capital du gérant. Au sein du statut auto-entrepreneur, c’est vous et vos biens personnels (sauf la résidence principale) qui engagez la responsabilité.

 

Domaine d’activité et qualifications professionnelles

La SASU autorise toutes les activités qui existent, il n’y a donc aucune restriction en ce sens. En tant qu’auto-entrepreneur, vous ne pourrez pas exercer d’activité agricole ni celles qui dépendent de la TVA immobilière, comme les agents immobiliers par exemple. Par ailleurs, les artistes qui sont rémunérés par des droits d’auteur ou encore certaines activités libérales comme les professionnels du droit ou de la santé sont exclus du régime de la micro-entreprise.

 

S’il existe bien un point commun entre les deux statuts, il s’agit de la qualification professionnelle. En effet, que vous soyez dirigeant d’une SASU ou micro-entrepreneur, vous devrez justifier d’une qualité professionnelle si cela est nécessaire.

 

Comment déclarer son activité et à quel prix ? 

Les procédures de déclaration d’activité entre les deux statuts juridiques ne se ressemblent pas. Un micro-entrepreneur devra s’immatriculer directement à son organisme de référence. Le registre du commerce et des sociétés, la chambre des métiers et de l’artisanat ou encore l’URSSAF sont les organismes qui permettent aux auto-entrepreneurs de s’immatriculer.

Vous pouvez le faire en ligne directement ici.

 

Déclarer sa SASU implique d’y passer du temps, entre la rédaction des statuts, la nomination du président, l’état des actes accomplis… En ouvrant votre société, il vaut mieux être certain de la fiabilité de son projet, car les conséquences sont plus lourdes. D’autre part, le prix de l’ouverture de sa SASU est bien plus important que pour la micro-entreprise. En effet, il faudra compter environ 500 € sans les frais de conseils de professionnels.

 

Le saviez-vous ? 

L’auto-entrepreneur est soumis à l’impôt sur le revenu (IRPP), alors que le bénéfice imposable d’une SASU relève de la taxe sur les sociétés.

 

Prendre en compte l’ensemble de ces composantes permet de faire le choix le plus judicieux possible au regard de votre projet. Alors, prenez votre temps, vous le gagnerez plus tard.