paiement impot auto entrepreneur

Comment payer ses impôts en tant qu’auto-entrepreneur ?

Où et comment payer ses impôts lorsque l’on est auto-entrepreneur ? Découvrez toutes les modalités à connaître pour régler ses impôts.

Les impôts pour l’auto-entrepreneur peuvent rapidement devenir un casse-tête. La fiscalité est un élément parfois difficile à comprendre, mais pour autant primordial dans la vie de votre micro-entreprise.

 

Le régime fiscal de l’auto-entrepreneur

 

Sous le statut auto-entrepreneur, vous devenez redevable de l’impôt sur le revenu. En effet, l’impôt sur la société ne vous concerne pas puisque c’est votre personne physique qui correspond à la micro-entreprise. Ainsi, les revenus générés sous l’auto-entreprise sont pris en compte pour calculer l’imposition des autres ressources de votre ménage.

 

Trois éléments permettent à l’administration fiscale de calculer vos impôts. L’abattement du revenu imposable de votre foyer permet de calculer ensuite le nombre de parts de quotient familial. L’administration fiscale applique le barème progressif sur chaque part pour ainsi connaître le pourcentage de l’imposition. Elle prend en charge l’ensemble de cette méthode de calcul. Il vous suffit de déclarer vos impôts.

 

Comment déclarer ses impôts sous le régime de la micro-entreprise ?

 

Déclarer ses impôts en tant qu’auto-entrepreneur se résume dans un premier temps à remplir deux formulaires. En effet, il suffit de deux formulaires pour déclarer vos revenus. Le premier est le formulaire 2042. Il s’agit de la déclaration annuelle de revenus. Puis vous devrez remplir le formulaire 2042-C Pro. Sur ce deuxième document, il faudra donc renseigner le chiffre d’affaires annuel lié à votre activité indépendante. La déclaration et l’envoi des documents se font obligatoirement en ligne.

 

Le saviez-vous ?

La déclaration d’impôts d’auto-entrepreneur dépend aussi de l’activité que vous exercez. Sur ce deuxième formulaire, les activités libérales devront inscrire le montant des bénéfices non commerciaux, le fameux BNC. Les artisans et les commerçants, quant à eux, devront mentionner les bénéfices industriels ou commerciaux, le BIC.

 

Le versement libératoire de l’impôt

 

En tant que micro-entrepreneur, vous avez la chance de pouvoir choisir la façon dont sera gérée votre fiscalité. Vous pouvez par exemple sélectionner l’option du versement libératoire de l’impôt sur le revenu. Il s’agit d’un avantage puisque vous paierez votre impôt chaque mois ou chaque trimestre selon un taux fixe lors de vos déclarations de chiffre d’affaires.

 

  • 1,7 % pour les activités qui relèvent des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
  • 2,2 % pour les services et les activités libérales qui sont concernés par les bénéfices non commerciaux (BNC).

 

Cette option se veut simple et vous permet de gagner du temps sur la déclaration de vos impôts. Toutefois, certaines conditions sont à réunir pour profiter de ce système. Par exemple, vos revenus fiscaux en 2019 devront donc être inférieurs à 27 519 € pour en profiter.

 

Payer ses impôts en tant qu’auto-entrepreneur peut parfois paraître complexe et dépend de nombreuses conditions d’imposition. Pôle Entrepreneur vous aide à y voir plus clair et vous facilite les démarches liées à la création de votre micro-entreprise.

Création rapide et facile

Les questions les plus fréquentes

Quelle que soit son activité, l’auto-entrepreneur doit pouvoir se faire payer sans difficultés. Si plusieurs solutions de paiement peuvent être envisagées, l’auto-entrepreneur doit choisir des moyens sûrs et fiables. Ces moyens de paiement doivent également être rapides, afin que sa caisse puisse disposer des fonds nécessaires à son activité. Parmi les solutions recommandées, il y a :

  • Le virement bancaire
  • Le règlement par carte bancaire
  • Le paiement par chèque

Plusieurs situations peuvent expliquer un retard de paiement des impôts. Pour l’auto-entrepreneur, ce retard est pénalisé. Cette pénalisation peut être appliquée même lorsque le chiffre d’affaires est nul pour l’année manquante. Selon la modalité choisie, l’auto-entrepreneur est tenu d’effectuer une déclaration mensuelle ou trimestrielle. En cas de défaut de déclaration au 31 décembre de l’année +1, sa cotisation sera majorée de 5 à 15% pour chaque déclaration manquante.

S’il a du mal à payer ses impôts, l’auto-entrepreneur peut faire une demande de remise gracieuse auprès de l’administration fiscale. Cette demande permet d’obtenir une remise, une transaction ou une modération sur une partie ou sur la totalité de l’impôt concerné. La demande peut se faire par écrit ou être présentée oralement. Pour être recevable, la demande doit fournir les informations nécessaires à la recevabilité de la demande.