Les métiers de l'artisanat en auto entrepreneur

Artisan auto entrepreneur

Bien que les démarches pour ouvrir une auto-entreprise en tant qu’artisan soient simplifiées, il est toujours nécessaire de connaitre certaines informations avant de se lancer dans l’aventure qu’est l’entrepreneuriat. Aussi, quelqu’un désireux de mettre en place ce type de projet peut se poser de nombreuses questions, telles que : comment devenir artisan auto-entrepreneur ? Qu’est-ce que le métier d’artisan exactement ? Quelles sont les obligations administratives et fiscales d’un auto-entrepreneur dans l’artisanat ? Et bien d’autres questions encore. Dans cet article, nous répondons donc à toutes vos questions sur le statut d’auto-entrepreneur dans l’artisanat.

Comment devenir artisan auto-entrepreneur ?

Quelles sont les démarches pour devenir artisan auto-entrepreneur ?

Pour ouvrir une micro-entreprise en tant qu’artisan, vous devez pouvoir justifier des vos compétences. Pour cela vous pouvez certifier avoir 3 ans d’expérience dans le métier de l’artisanat ou présenter un diplôme conforme vous permettant de réaliser votre activité. Vous devrez ensuite remplir une déclaration de création d’activités. Cette dernière se fait généralement en ligne, bien que vous puissiez la réaliser par voie postale ou la faire dans un CMA (chambre des métiers et de l’artisanat). Votre dossier devra alors comporter le formulaire P0 CMB, une pièce d’identité, un justificatif de domicile, une déclaration de non-condamnation et l’attestation de suivi du SPI, si besoin.

Enfin, pour pouvoir exercer votre activité d’artisan, vous devrez obtenir une immatriculation au répertoire des métiers (RM). Cette dernière permet d’obtenir l’attestation K-bis qui sera alors souvent demandée par vos fournisseurs, mais aussi vos clients.

La taxe de chambre des métiers s'élève à 130 euros, mais en tant qu’auto-entrepreneur dans l’artisanat, vous en êtes exonéré durant les trois premières années de l’exercice de votre activité.

Quelle sont les aides de l’état disponibles pour soutenir votre projet d’ouvrir une micro-entreprise dans l’artisanat ?

Il est tout à fait possible d’obtenir des aides de l’état pour vous aider à ouvrir votre micro-entreprise dans l’artisanat.

L’ACCRE : une aide pour démarrer son activité d’artisan auto-entrepreneur

L’ACCRE est un dispositif permettant aux auto-entrepreneurs qui viennent de créer leur activité d’être exonéré partiellement des cotisations sociales. Ces dernières peuvent alors être réduites de 50% durant la première année de création de l’entreprise, ce qui est souvent d’une grande aide pour débuter son activité.

Aussi, de nombreuses personnes peuvent toucher cette aide : les demandeurs d’emploi, les bénéficiaires du RSA, les jeunes ayant entre 18 et 25 ans, les auto-entrepreneurs qui souhaitent créer leurs auto-entreprises dans une zone urbaine sensible, etc.

Cumul des allocations

Les créateurs d’auto-entreprise peuvent aussi obtenir un coup de pouce de l’état notamment en ayant le droit de cumuler diverses allocations. Il est ainsi possible de cumuler une partie l’allocation chômage, l’ASE, le RSA ou encore l’ASS. Pour savoir si vous êtes concernés, n’hésitez donc pas à vous renseigner.

Quelles sont les formations pour devenir artisan auto-entrepreneur ?

Auparavant, il était obligatoire de suivre une formation pour devenir auto entrepreneur dans l’artisanat. Cette dernière, nommée SPI (stage de préparation à l’installation), est aujourd’hui facultative, sauf exception pour certaines activités artisanales nécessitant généralement des règles d’hygiène strictes. Vous pouvez donc ouvrir une micro-entreprise en tant qu’artisan sans suivre de formation.

Mais il peut tout de même être intéressant de suivre une formation avant de faire toute démarche, car elle pourrait vous apporter plusieurs aides précieuses dans les formalités en répondant à de nombreuses questions sur la gestion et le statut d’une auto-entreprise : quelles cotisations pour un micro-entrepreneur ? Quels impôts ? Quelles différences entre les statuts d’entrepreneur exclusif et complémentaire ? Etc.

Pour ce qui est du prix, suivre une SPI vous coutera en moyenne 194 euros pour une semaine de stage (qui est aussi accessible en formation à distance). Vous pouvez accéder à des aides pour pouvoir financer votre formation de la part de Pôle Emploi, de la caisse des métiers ou encore grâce au CPF.

Qui peut devenir artisan micro-entrepreneur ?

Sous réserve de pouvoir justifier de ses compétences, presque tout le monde peut ouvrir une micro-entreprise. En effet, le statut d’artisan auto-entrepreneur peut être cumulé avec celui de salarié, d’étudiant, de retraité et même de fonctionnaire sous certaines conditions.

Le métier d’artisan auto-entrepreneur plus en détail

Le métier d’artisan auto-entrepreneur : définition

L’artisan auto-entrepreneur dirige une micro-entreprise. Son statut est donc simplifié et il est donc au régime micro-BIC ce qui lui permet d’avoir de nombreuses facilités administratives et fiscales.

En tant qu’artisan, il exerce alors une activité dans l’artisanat : cela comprend donc les prestations de services telles que les réparations, fabrications, constructions, alimentation, etc.

Quel est le salaire moyen d’un auto-entrepreneur ?

Le revenu moyen d’un artisan auto-entrepreneur est de seulement 9816 euros par an selon L’INSEE. En effet, on notera que seulement 10 % des auto-entrepreneurs exerçant une activité d’artisanat déclarent un chiffre d’affaires supérieur à 26 000 euros par an. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’est pas possible de gagner plus, bien au contraire. Cela dépend de votre domaine d’activité, de vos compétences et de nombreux autres facteurs. De plus, il faut noter que beaucoup d’auto-entrepreneurs exercent une deuxième activité en parallèle : leur micro-entreprise en tant qu’artisan leur permet ainsi simplement de compléter un premier revenu en tant que salarié, par exemple.

Il est donc possible de gagner bien plus pour un auto-entrepreneur, son chiffre d’affaires étant cependant plafonné : un artisan auto-entrepreneur ne peut pas déclarer un chiffre d’affaires supérieur à 72 500 euros par an, sinon il ne pourra plus privilégier du statut d’auto-entrepreneur.

Artisan auto-entrepreneur : quelles sont les obligations fiscales et administratives ?

Remplir sa déclaration de chiffre d’affaires : une obligation pour l’artisan auto-entrepreneur ?

En tant qu’artisan auto-entrepreneur, vous êtes dans l’obligation de déclarer votre chiffre d’affaires à l’Urssaf de façon mensuelle ou trimestrielle, selon ce que vous avez choisi lors de votre déclaration d’activité. Cela se fait très simplement : il s’agit de se rendre en ligne sur le site de l’Urssaf et d’inscrire son chiffre d’affaires dans la section dédiée de votre compte. Les charges et cotisations sociales peuvent alors être également directement payées sur le site à la fin de la déclaration.

Notez aussi qu’un auto-entrepreneur exerçant dans l’artisanat doit déclarer son chiffre d’affaires même si celui-ci est nul, au risque de devoir payer des frais supplémentaires parfois importants.

Obligations comptables de l’artisan auto-entrepreneur

Même si les obligations comptables d’un artisan auto-entrepreneur sont assez légères par rapport aux entreprises, elles sont tout de même présentes. Ainsi, le chef d’une micro-entreprise exerçant dans l’artisanat est tenu de tenir un livre des recettes et un registre des ventes, et ce, en tout temps.

Par ailleurs, le livre des recettes doit être rempli par tous les auto-entrepreneurs, qu’ils soient artisans ou non. Ce dernier doit contenir :

  • La date du paiement
  • Son montant
  • Le nom de votre client
  • La nature de la vente ou de la prestation réalisée
  • Le numéro de la facture correspondante
  • La méthode de paiement

Le registre des ventes, lui, concerne exclusivement les auto-entrepreneurs réalisant de la vente et assimilées. Ce dernier doit également contenir les informations suivantes :

  • Les ventes réalisées
  • La date de l’encaissement
  • Le montant toutes taxes comprises
  • La référence de la facture
  • Le nom de votre fournisseur
  • La méthode d’encaissement (chèque, espèce, etc.)

Notez que dans les deux types de livres, il est également nécessaire de mentionner les références de vos factures : ces dernières doivent être conservées pendant 10 ans, en tant qu’auto-entrepreneur, afin de les montrer en cas d’inspection fiscale.

En savoir plus sur > Artisan auto entrepreneur