Tout savoir sur l’ARCE auto-entrepreneur

Qu’est-ce que l’ARCE et comment en bénéficier ? Découvrez nos conseils d’experts.

ARCE auto-entrepreneur : tout savoir pour mieux choisir

 

En France, un créateur d’entreprise sur deux perçoit une allocation chômage. De ce fait, les aides pour la création d’entreprise facilitent les démarches des demandeurs d’emploi. Un auto-entrepreneur peut percevoir l’ARCE sous certaines conditions. Découvrez dans cet article en quoi consiste cette aide pour micro-entreprise et les moyens disponibles pour en bénéficier. 

 

Qu’est-ce que l’ARCE ?

L’ARCE représente l’Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise. Cette aide versée par Pôle Emploi permet de recevoir ses allocations chômage sous forme de capital. À ne pas confondre avec l’ARE ni l’ACRE, cette aide permet d’offrir un nouvel élan aux allocataires du chômage. 

 

En effet, cette aide permet de recevoir un pourcentage de ses allocations en un seul montant pour lancer sa micro-entreprise. Ce capital de départ permet de prévoir un investissement dans la création ou la reprise d’entreprise. En effet, un apport financier pour lancer son projet est aujourd’hui dans la plupart des cas indispensable. 

 

Qui peut bénéficier de l’ARCE ?

Trois profils peuvent prétendre à recevoir l’ARCE : 

  • Les chômeurs qui perçoivent l’Aide de Retour à l’Emploi (l’ARE). Ces derniers doivent pouvoir présenter un projet de création ou de reprise d’une entreprise.
  • Les demandeurs d’emploi qui seront autorisés à percevoir l’ARE, mais qui n’en bénéficient pas encore au démarrage de leur activité. 
  • Les personnes licenciées qui lancent leur activité indépendante pour créer ou reprendre une entreprise pendant leur période de préavis ou lors de leurs congés reclassement ou de mobilité. Quoi qu’il en soit, ces personnes doivent être en mesure de bénéficier de l’ARE et doivent créer ou reprendre une entreprise après leur fin de contrat de travail. 

 

Le montant et le versement de l’aide

45 % de vos droits restants à l’ARE seront perçus en seulement deux versements. La première transaction intervient directement à la création de votre entreprise. La seconde transaction quant à elle est versée 6 mois après l’inscription au registre des entreprises. En ce sens, Pôle Emploi vous demandera de justifier la poursuite de votre activité indépendante grâce à une attestation sur l’honneur ou tout autre document.

 

Ainsi, si vous avez 4000 € de droits d’ARE, 1800 € vous seront versés au titre de l’ARCE. 900 € vous seront versés dès le début, les 900 € restants seront versés après 6 mois d’activité.

 

Que deviennent les 55% restants ?

Les 55% restant de vos ARE sont conservés. Cela vous sert en quelque sorte de parachute si vous décidez de cesser votre activité.

 

Comment choisir entre l’ARE et l’ARCE ?

Il faut tout d’abord prendre son temps pour choisir la meilleure option selon votre situation actuelle et votre projet imminent.

 

L’ARE (L’Aide au Retour à l’Emploi) fait office de complément de revenus tous les mois. Il s’agit alors d’une sécurité régulière qui vous permet aussi de vous développer en tant qu’auto-entrepreneur et de lancer votre auto-entreprise sereinement. Quant à l’ARCE, il s’agit d’une option qui vous permet de bénéficier d’un apport en capital au début de votre projet.

 

Pour ce faire, il est conseillé d’établir une prévision des revenus tirés de l’auto-entreprise. Il s’agira ensuite de choisir entre ces deux options qui s’offrent à vous. Si vous décidez de choisir l’option ARCE, vous ne pourrez plus percevoir l’ARE. 

 

Comment bénéficier de l’ARCE ?

Si vous êtes bénéficiaire, la première chose à faire sera de contacter Pôle Emploi pour établir une déclaration de reprise de ou de création d’entreprise et remplir une demande d’ARCE. Les démarches suivantes seront guidées directement par Pôle Emploi.

 

Lors de votre déclaration, vous devez justifier votre création d’entreprise en fournissant un extrait K ou D1 ou encore une justification d’immatriculation au répertoire Sirene. Une fois que vous bénéficiez de l’ARCE, vous n’êtes plus inscrit sur la liste des allocataires chômage. Vous n’aurez donc plus besoin d’actualiser vos informations chez Pôle Emploi tous les mois. Sachez que ce changement implique de nombreuses conséquences sur votre activité et votre situation. 

 

À savoir que le montant de l’ARCE versé par Pôle Emploi est imposable. Vous devez donc le déclarer dans la catégorie « Traitement et salaires » lors de votre déclaration de revenus annuelle. 

 

À ne pas confondre avec l’ACRE

L’ensemble de ces acronymes peut parfois laisser place à la confusion. L’ACRE est une autre aide qui vous permet d’être exonéré d’une partie de vos charges sociales durant la première activité en tant qu’auto entrepreneur. Toutefois, seulement certains profils peuvent y prétendre. 

 

La demande d’ARCE en auto-entrepreneur peut être particulièrement utile à condition d’avoir pris son temps pour choisir la meilleure option qui s’offre à vous. La demande d’ARCE doit se faire en toute conscience de ce que ce montant représente pour votre projet. Soyez certain d’avoir bien préparé votre lancement d’activité pour que ce montant vous soit utile de manière rentable et optimale.