Choisir entre SASU ou Auto-Entrepreneur ?

Découvrez les critères de choix pour vous décider entre le statut auto entrepreneur (micro entreprise) ou la SASU

SASU ou auto-entrepreneur

 

Comment choisir entre SASU ou auto-entrepreneur ?

 

Avant de se mettre à son compte, il faut commencer par faire un choix de statut. SI celui d’auto-entrepreneur séduit beaucoup d’entrepreneurs débutants, il faut savoir que d’autres statuts existent pour les entreprises unipersonnelles. C’est le cas notamment de la SASU, qui offre bien d’autres possibilités par rapport à l’auto-entreprise.

 

La SASU 

 

La SASU est une société par actions simplifiées unipersonnelles. Il s’agit d’une SAS, mais avec un associé unique. De nombreux profils indépendants optent pour ce statut juridique. Et pour cause, la SASU s’adapte facilement à de nombreux secteurs d’activités. En fonction de l’organisation que vous désirez mettre en avant, les règles de la SASU restent souples et s’adaptent à de nombreuses situations. 

 

En étant associé unique, vous vous donnez la chance de choisir le rythme de votre développement sans avoir à faire avec des contraintes d’autres associés par exemple. En ce sens, les règles et le fonctionnement sont simplifiés. 

 

La marche à suivre pour la création d’une SASU

 

La rédaction des statuts constitue une part considérable de votre travail. Avant de se lancer tête baissée, un grand travail de réflexion est nécessaire. Vous devrez réaliser un dossier pour prévoir le développement de votre société. Cahier des charges, business plan ou prévisions sur 3 ans seront alors utiles. Par ailleurs, la rédaction des statuts est une étape à prendre en compte sérieusement. Ces derniers doivent être rédigés avec soin et être enregistrés au Trésor Public. 

 

Ensuite, vous devrez déposer votre capital social à la banque. À savoir que ce montant est totalement libre, vous pouvez enregistrer un capital social de 1 € par exemple. Vous devrez ensuite envoyer votre dossier complet au Greffe pour que celui-ci réalise l’immatriculation. Enfin, il s’agit de publier une annonce légale dans un journal d’annonces légales. 

 

L’auto-entreprise 

 

Il s’agit d’un régime simplifié pour permettre à une personne physique de se lancer dans sa propre activité. La déclaration de l’activité se fait en ligne de manière immédiate. Ce statut permet entre autres de ne pas prendre de risque tout en testant la valeur de son travail. En effet, vous payez vos cotisations proportionnellement à votre chiffre d’affaires. Ainsi, si vous ne réalisez pas de chiffre d’affaires, vous ne payez aucune cotisation. 

 

Le chiffre d’affaires doit être déclaré mensuellement ou trimestriellement. Par ailleurs, il existe une limite de chiffre d’affaires annuel à respecter selon la nature de votre activité. La micro-entreprise définit des seuils selon les types d’activités : 

 

  • Activités commerciales : 176 200 €.
  • Professions libérales ou prestations de service 72 600 €.

 

Les critères pour choisir entre auto-entreprise et SASU

 

Le choix de la création d’un statut demeure difficile, qui dépend de vos attentes et de vos besoins. En effet, le statut juridique de votre entreprise joue un rôle conséquent sur le développement de votre travail. Voici les critères qui vous aiguilleront dans la bonne direction. 

 

Votre volonté de développement

 

La SASU est destinée aux projets de grande envergure. Ces projets sont voués à évoluer en justifiant d’un développement considérable. La SASU n’est autre qu’une SAS avec un associé unique. Cette même forme sociale permet de modifier son statut facilement pour développer ses projets et voir votre business en grand.

 

Par ailleurs, la SASU permet de s’associer, car il s’agit d’une entreprise à part entière. Vous pouvez donc la transmettre et la céder également. Par ailleurs, la responsabilité individuelle est limitée dans une SASU. Toutefois, un auto-entrepreneur peut empêcher la saisie de son bien immobilier grâce à la déclaration notariée d’insaisissabilité. 

 

Au contraire, la micro-entreprise est un tremplin qui nous aide à vérifier la durabilité d’un projet. Il s’agit d’un test sans risque grâce aux actions simplifiées. On peut alors mesurer notre capacité à travailler pour soi-même. 

 

Bon à savoir : différence notable sur le chiffre d’affaires

Pour la SASU, il n’existe pas de seuil de chiffre d’affaires. Contrairement à la micro-entreprise, où à partir d’un certain montant dépassé, son statut change.

 

Le coût 

 

Les formalités de la SASU sont plus coûteuses que la micro-entreprise. En effet, il faut compter 200 € pour la publication d’une annonce dans un journal officiel. Par ailleurs, la comptabilité d’une SASU nécessite le plus souvent un expert-comptable. La micro-entreprise est un choix bien moins coûteux. 

 

Les formalités en amont 

 

La SASU nécessite une réflexion sur le long terme indispensable. De ce fait, vous limitez les risques de faillite. Vous devrez justifier de votre réflexion avec des documents tels que le business plan ou encore la rédaction des statuts. 

 

La couverture sociale 

 

L’associé unique de la SASU bénéficie, à la manière d’un salarié, du régime social classique. L’auto-entrepreneur est affilié à un régime micro social.

 

Chiffre d’affaires 

 

Il n’existe pas de seuil de chiffre d’affaires en SASU contrairement à la micro-entreprise

 

Ces critères sont à prendre en compte pour effectuer son choix définitif afin d’assurer l’avenir de son projet. Les options de fiscalité des entreprises et d’imposition peuvent être des critères utiles pour faire un choix. Micro-entreprise ou entreprise unipersonnelle, SASU ou SAS, un statut vous attend pour donner à vie à des projets professionnels réussis.