Devenir Auto-Entrepreneur VTC, quelles sont les les démarches ?

Découvrez comment devenir chauffeur VTC en auto entrepreneur : démarches à suivre, documents, salaire moyen...

Devenir auto-entrepreneur VTC

 

Devenir auto-entrepreneur VTC, quelles sont les démarches ?

 

Chauffeur VTC est un métier qui se prête aisément à la création d’un statut auto-entrepreneur. On peut se demander parfois comment être VTC à son compte. Découvrez dans cet article l’auto-entrepreneur VTC et tout ce que cela implique. 

 

Le métier de chauffeur VTC 

 

Pour devenir chauffeur VTC, il faut avant tout aimer le contact avec la clientèle, les belles voitures, mais aussi et surtout conduire. Un auto-entrepreneur VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur) n’est pas un taxi puisqu’il ne peut qu’effectuer des courses réservées à l’avance. Le chauffeur VTC ne peut pas prendre en charge des clients sur le bord de la route comme peuvent le faire les taxis. De même que les chauffeurs VTC ont interdiction de stationner sur la voie publique entre deux courses. 

 

L’avantage pour un chauffeur VTC reste bel et bien la fixation libre de ses tarifs contrairement aux taxis. Chaque course s’accompagne d’un contrat rapide pour préciser les informations du client et les détails de la course. D’autre part, en réservant une course avec un chauffeur VTC, les clients s’attendent à un standing de choix, de la voiture jusqu’à la tenue du travailleur indépendant.

 

Les petites attentions font partie de son travail. Le chauffeur VTC peut par exemple mettre à disposition de ses clients des bouteilles d’eau et des snacks. Le véhicule quant à lui doit dater de moins de 6 ans (sauf s’il s’agit d’une location) et doit révéler être d’un gabarit de 4 places minimum. Le moteur de la voiture doit être d’une puissance minimum de 84 kWh excepté pour les voitures électriques et hybrides. 

 

Les conditions pour devenir auto-entrepreneur VTC

 

Il ne suffit pas d’être titulaire du permis de conduire et posséder un véhicule pour devenir chauffeur VTC indépendant. Il faut au minimum répondre aux conditions suivantes :

 

  • Avoir le permis B depuis au moins 3 ans.
  • Avoir obtenu une attestation d’aptitude physique par la préfecture.
  • Réussir un examen VTC, comme celui de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Le cas échéant, il faudra justifier d’au moins un an d’expérience récente dans le domaine.
  • Obtenir un extrait de casier judiciaire vierge.

 

Quel est le meilleur statut pour un chauffeur VTC ? 

 

Le statut auto-entrepreneur présente de nombreux atouts pour un chauffeur VTC. Ce statut permet entre autres de fixer librement ses tarifs. Les démarches administratives sont simplifiées tout le comme le régime fiscal et social. Un chauffeur VTC en auto-entreprise peut gérer librement ses courses et ses tarifs pour une activité en lien avec ses besoins. D’autant plus qu’il paye ses charges proportionnellement au chiffre d’affaires.

 

À moins de vouloir bâtir sa propre flotte de chauffeurs VTC, le statut d’auto-entrepreneur est tout indiqué pour se lancer comme indépendant dans cette activité.

 

Bon à savoir : si vous êtes chauffeur VTC, vous devrez cotiser

En étant VTC auto-entrepreneur, vous serez soumis à un taux de cotisations sociales de 22 % de votre chiffre d’affaires ainsi qu’à la contribution à la formation professionnelle à hauteur de 0,30 %.

 

Comment être auto-entrepreneur VTC ? 

 

Avant de créer sa micro-entreprise, le chauffeur doit se procurer sa carte professionnelle VTC auprès de la préfecture. Si vous réunissez l’ensemble des conditions pour devenir chauffeur VTC, vous recevrez votre carte dans un délai de 3 mois maximum. La carte professionnelle coûte 48 €, elle est valable 5 ans. Après l’obtention de cette carte, les démarches sont similaires à n’importe quel auto-entrepreneur. Vous recevrez dans un délai de 15 à 30 jours votre numéro de SIRET. 

 

Ensuite, vous devez vous inscrire au registre des VTC. Il s’agit de la dernière étape avant de pouvoir conduire des clients d’un point A à un point B. Même si l’inscription se fait en ligne, le futur chauffeur devra fournir  obligatoirement une attestation de responsabilité civile et professionnelle. La carte professionnelle ainsi que la carte grise du véhicule seront requises également. Puis, l’extrait d’immatriculation D1 sera aussi demandé.

 

Par ailleurs, si le véhicule ne vous appartient pas, vous devrez fournir une attestation de capacité financière. Enfin, il ne vous reste plus qu’à payer les frais d’immatriculation de 170 € et vous voilà prêt à prendre la route avec des passagers.

 

Quel salaire pour un VTC ? 

 

Estimer un salaire au sein d’une activité indépendante est particulièrement difficile. Quoi qu’il en soit, il est possible de travailler raisonnablement pour ensuite gagner entre 2 500 et 3 000 €. Face aux critères exigeants d’investissement en début d’activité, cette somme permet d’alléger ses frais. D’autre part, les exigences en matière de véhicule pour un chauffeur VTC sont plus importantes que pour un chauffeur de taxi classique.

 

Il faut de toute façon noter qu’un VTC auto-entrepreneur ne pourra dépasser le seuil de 72 500 € de chiffre d’affaires annuel (soit 6 042 € mensuels) et qu’il sera soumis à la TVA dès 34 400 € (soit 2 867 € mensuels). Cela limite bien sûr les perspectives de salaire.

 

Même s’il existe quelques démarches supplémentaires, les étapes pour devenir auto-entrepreneur VTC sont accessibles et simplifiées. D’autant plus que ces démarches vous permettent de prendre la route sereinement avec vos clients.