dj auto entreprise

Les démarches pour devenir Dj auto entrepreneur

Consultez les étapes clés pour ouvrir son statut de dj en micro entreprise et vous lancer dans l'univers du son et de la musique.

Il est passionné de musique, sait mettre l’ambiance, fait partie des éléments essentiels à la réussite d’une soirée : c’est le DJ. Aussi appelé Disc-Jockey, c’est un professionnel qui évolue dans le monde de la fête, de la bonne humeur et de la décontraction. Mais cela ne l’empêche pas d’avoir des responsabilités et obligations administratives pour exercer en toute légalité. L’auto-entreprise est accessible au DJ et présente de nombreux avantages. Si vous êtes DJ ou que vous souhaitez le devenir et que l’auto-entrepreneuriat vous intéresse, cet article est fait pour vous. Vous allez découvrir tout ce qui est à savoir pour se lancer en tant que DJ auto entrepreneur en toute sérénité.

DJ auto entrepreneur : les renseignements clés

Avant de nous lancer dans le vif du sujet et voir les facettes du métier de DJ plus en détail, voici une liste de plusieurs éléments importants à connaître au sujet du Disc-jockey auto entrepreneur :

  • Son code APE est généralement le 59.20Z – Enregistrement sonore et édition ;
  • L’activité de DJ dépend de la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI) ou de l’URSSAF, nous verrons ce point un peu plus bas ;
  • Le seuil maximum de chiffre d’affaires à ne pas dépasser est de 72 500 € par an ;
  • Le montant des cotisations sociales est de 22 % du CA ;
  • Le revenu mensuel varie en fonction de la notoriété et de l’expérience, mais est compris entre 200 à 500 € par prestation.

Comment s'inscrire pour débuter son activité en auto entrepreneur DJ ?

Vous avez choisi de sauter le pas et de vous lancer en tant que DJ auto entrepreneur ? Pour que votre activité soit viable, vous devez désormais mettre en place des méthodes stratégiques de lancement, mais aussi accomplir certaines obligations administratives afin d’exercer légalement. Découvrez de quoi il s’agit.

Prérequis

  • Vous devez dans un premier temps, avant de penser aux besoins matériels et aux musiques que vous allez mixer, mettre en place une étude de marché. Comme tout chef d’une future entreprise, vous devez connaître les éléments extérieurs à votre société pour savoir quelles décisions prendre et faire que votre activité fonctionne et se développe. Cette étude prend en compte les concurrents, les clients potentiels, les tendances actuelles en ce qui concerne le style de musique et les services proposés dans le milieu ;
  • Vient ensuite le moment de faire un point sur vos différents besoins dans le but de mettre en place un budget prévisionnel le plus précis possible.

Cela vous permettra d’anticiper l’investissement de départ. Pour cela vous devrez prendre en compte :

  • Les besoins humains : en tant que DJ, vous serez certainement seul aux platines. Mais vous pouvez par exemple anticiper les éventuels frais engendrés par la publicité ou la communication si vous confiez cette tâche à des professionnels, les éventuels aménagements effectués sur votre véhicule par des garagistes pour transporter le matériel en toute sécurité. Aussi, c’est là que vous devrez prendre en compte les frais de manageur si vous faites appel à ce genre de professionnel pour booster votre début de carrière ;
  • Les besoins matériels : c’est là que se trouve certainement le principal investissement de départ. Que vos clients fournissent le matériel pour la prestation ou pas, vous devrez tout de même acquérir du matériel professionnel pour créer votre propre studio (table de mixage, casque, platines, logiciel professionnel spécifique, etc.). Pensez à faire assurer votre matériel pour que les frais liés à un dysfonctionnement ou à la casse soient pris en charge.

S'inscrire sur Pole Auto entrepreneur

Bien que le statut d’auto entrepreneur fasse bénéficier d’avantages intéressants quant à la comptabilité et à la partie administrative, vous devez tout de même inscrire votre auto entreprise. Rapide et facile, l’inscription est composée deux étapes principales :

  • Premièrement, vous devez créer votre auto entreprise. Vous pouvez le faire en ligne en vous rendant sur le site dédié à votre métier et remplir un formulaire. C’est à ce moment-là que vous choisirez la périodicité de la déclaration de chiffre d’affaires ;
  • Ensuite, vous devrez procéder à l’immatriculation auprès de votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE) compétent, à savoir l’URSSAF ou la CCI.

Obtenir son SIRET

Composé de 14 chiffres et attribué automatiquement par l’INSEE, le numéro de SIRET (Système d’Identification de Répertoire des Établissements) est le numéro qui identifie légalement votre entreprise. Après que votre CFE ait validé puis transmis votre dossier à l’INSEE, ce dernier vous fera parvenir un courrier postal avec le numéro et votre code APE.

Trouver ses premiers clients

Lancer son auto entreprise en tant que DJ indépendant est généralement le rêve de tous les passionnés de mixage. Mais si ce statut présente de nombreux avantages, il y a aussi quelques difficultés à surmonter avant d’exercer son activité pleinement.

La première est certainement la recherche de clients. Comme tous les auto entrepreneurs, vous ne devrez pas attendre que les contrats viennent à vous, mais vous devrez démarcher et convaincre vos futurs clients de vous faire confiance pour animer leurs soirées.

Pour cela, vous pouvez :

  • Faire parler de vous : vous faire connaître, gagner en notoriété et démontrez votre talent sont les clés pour débuter votre carrière en tant que DJ. Pour cela, n’hésitez pas à démarcher les radios locales et pourquoi par leur envoyer des sets, contacter les organisateurs de concerts et de festivals pour leur proposer vos services, prendre rendez-vous avec des professionnels de l’événementiel (gérants de bars et de boîtes de nuit, agence d’événementiel, etc.) et inscrivez-vous en tant que prestataires dans des salons (du mariage par exemple) ;
  • Distribuer des flyers, des cartes de visite ou des affiches dans des points stratégiques de votre zone de chalandise ;
  • Faire appel à un agent : comme nous vous le mentionnions précédemment, l’agent est un professionnel du milieu qui, grâce à ses contacts et son expérience, peut vous aider à décrocher vos premiers contrats ;
  • Être présent sur internet : avant de vous contacter et de vous confier l’animation de leur soirée, les futurs clients auront besoin de connaître votre univers musical et la qualité de vos prestations. Créez un site internet où vous pourrez poster des playlists, des photos ou vidéos de vos prestations précédentes, vos tarifs, etc. Vous pouvez également créer des profils professionnels sur des réseaux sociaux pertinents comme Facebook ou Instagram et y poster du contenu original et informatif régulièrement.

La fiche métier du DJ

David Guetta, les Daft Punk, Skrillex ou encore Tiësto, ce sont tous des DJ mondialement connus qui font rêver les débutants dans le milieu. Les Disc-Jockeys sont des professionnels qui créent leurs propres sons en se basant généralement sur des morceaux qui existent déjà et se positionnent sur des styles différents comme la transe, la house ou l’électro.

Mais le DJ peut également être une personne qui se dédie uniquement à la gestion et la diffusion de la musique lors de soirées ou d’événements, sans toucher à du matériel tel que les platines ou la table de mixage. Dans ce cas-là, il sera plutôt considéré comme animateur que professionnel de l’édition musicale.

Les missions

Le métier de DJ auto entrepreneur implique plusieurs types de missions comme :

  • Mettre en place et développer des morceaux, playlists ou sets adaptés au client, au style de soirée et au lieu dans lequel il est amené à intervenir ;
  • Avoir une bonne maîtrise de certaines techniques de mixage comme le fondu enchaîné, les spin-backs, le scratch, etc. ;
  • Savoir créer des sons intéressants et originaux ;
  • Connaître et maîtriser des logiciels spécifiques sur ordinateur comme Serato DJ, MAO ou Traktor Pro ;
  • Pouvoir intervenir au micro.

Lieu d'exercice

Les lieux d’exercice du DJ sont très divers. Il peut par exemple être appelé pour animer une soirée chez un particulier, dans une salle de fête, dans une radio, un bar, un restaurant ou une boîte de nuit, voire dans les locaux d’une entreprise pour une soirée spéciale.

Les qualités et les compétences requises

Si techniquement parlant, le DJ auto entrepreneur doit comprendre la conception de la musique, être excellent sur les logiciels et sur sa table de mixage, il doit également faire preuve de certaines aptitudes spécifiques pour pouvoir animer une soirée et créer de la musique de qualité :

  • Être un fan inconditionnel de la musique et avoir un sens artistique relativement développé ;
  • Être curieux et se tenir informé des tendances actuelles tout en connaissant celles du passé, mais en anticipant aussi celles à venir ;
  • Être à l’écoute de ses clients et réceptif au public pour proposer la meilleure prestation ;
  • Être disponible et prêt à travailler en décalé par rapport aux autres, car le DJ travaille généralement tard le soir et les week-ends ;
  • Avoir une bonne condition physique, car il faut être debout durant de longues heures dans des endroits souvent pleins de monde et où il fait chaud ;
  • Faire preuve de persévérance pour percer et exercer sur le long terme.

La formation pour devenir DJ

DJ n’est pas un métier réglementé et l’expérience s’acquiert généralement sur le terrain, à force de pratique. Mais de plus en plus, la profession tend à se professionnaliser et il est aujourd’hui possible de trouver des formations qualifiantes un peu partout sur le territoire français. Parmi les écoles les plus populaires, on retrouve l’EANOV School, le DJ Network, l’UCPA ou les Centres de Formation Professionnelle de la Musique (CFPM). Pour faire le bon choix, il est nécessaire de se renseigner sur la notoriété de l’école, les cours qu’elle dispense et sur les conditions d’entrée.

Le salaire

Forcément, lorsque l’on voit qu’entre 2018 et 2019, les DJ les mieux payés du monde, qui étaient alors le duo The Chainsmokers et Marshemello, ont respectivement gagné 46 et 40 millions de dollars, cela fait rêver. Mais seule une poignée de DJ peut prétendre à ces sommes d’argent.

Plus raisonnablement, le DJ auto entrepreneur va gagner environ 700 € pour une prestation de mariage et 1700 € par mois lorsqu’il est résident dans un club. A partir de 10000€ de revenus annuels, l'auto entrepreneur est obligé d'avoir un compte bancaire pour son activité.

Le DJ est un commerçant ou un artiste ?

Pour savoir quelle est la nature de votre activité et donc de quel CFE vous dépendez, il est important de bien prendre en compte ces deux cas de figure différents :

  • C’est le client qui fournit le matériel lors de la prestation : vous vendez donc uniquement votre savoir-faire et votre talent. Vous êtes considéré comme un artiste et par conséquent, êtes un travailleur libéral. Vous allez donc dépendre de l’URSSAF.
  • Vous exercez avec votre propre matériel : vous évoluez donc une activité commerciale et dépendez de la Chambre de Commerce et de l’industrie.
Création rapide et facile

Les questions les plus fréquentes

À partir du moment où des musiques soumises à des droits d’auteur sont diffusées dans un cadre non familial, une déclaration à la SACEM doit être faite. Mais dans le cas du DJ, c’est l’organisateur de la soirée qui doit se charger de la déclaration et, par conséquent, de payer les frais de droit d’auteur.

Si vous êtes un DJ et que vous voulez organiser des événements ou des soirées musicales, vous changez donc de statut et devenez organisateur. De ce fait, vous devez être titulaire d’une licence d’entrepreneur du spectacle catégorie 2, mais uniquement si vous organisez plus de 7 événements dans l’année.

Pour mener à bien sa prestation, le DJ a besoin d’utiliser des câbles, des accessoires électriques, des ponts de lumières, etc. et il n’est malheureusement pas à l’abri d’un incident. C’est pourquoi il doit se protéger efficacement en souscrivant les bonnes assurances : la responsabilité civile professionnelle qui couvre les frais en cas de préjudices causés à un tiers, l’assurance bris de matériel et la protection juridique pour régler le plus rapidement possible un litige avec un client.