oenologue auto entreprise

Le guide pour devenir oenologue auto entrepreneur

Retrouvez toutes les informations pour ouvrir son statut d'oeonologue en auto entreprise. Obtenez votre numéro de siret en 48h !

Le métier d’œnologue est extrêmement attirant pour tous les amateurs de vin. Il s’agit d’une profession complète et technique qui nécessite un grand savoir-faire. Elle a un rôle clé dans les vignobles. L’œnologue supervise les différentes étapes de la production et élabore le vin qui sera le plus en adéquation avec la demande. C’est une activité qui s’effectue très souvent en tant qu’indépendant. Le statut d’auto entrepreneur donne à l’œnologue la liberté de travailler pour plusieurs domaines ou structures spécialisées dans la viticulture.

Oenologue auto entrepreneur : les chiffres clés

  • code APE/NAF 1102B — Vinification (fabricants de spiritueux, œnologues et sommeliers)
  • Salaire débutant : 2000 € brut/mois
  • Plafond du CA : 72 500 €

Comment s’inscrire pour débuter son activité auto entrepreneur en tant qu’œnologue ?

Prérequis

L’œnologie est un métier de passionné. Sur le terrain, un œnologue ne compte pas ses heures, surtout au moment des vendanges et dans les semaines qui suivent. Son objectif est d’améliorer la qualité du vin, que ce soit en travaillant dans un laboratoire, dans les vignes ou au sein d’une coopérative. En auto entrepreneur, l’œnologue peut être un conseiller et exercer en tant qu’indépendant pour plusieurs domaines viticoles. Ses conditions de vie et l’investissement à faire dépendent en grande partie de sa zone d’activité.

En termes d’investissements initiaux, l’auto entrepreneur aura besoin d’un véhicule pour se déplacer sur ses différents lieux de mission. Il devra également être équipé d’un téléphone mobile et d’un ordinateur pour pouvoir être joignable et effectuer le suivi de son travail.

S’inscrire sur Pole Auto Entrepreneur

Pour exercer en tant qu’œnologue indépendant, il est possible d'utiliser les services de Pôle Auto Entrepreneur pour le devenir. Il y trouve toutes les ressources nécessaires pour bien se renseigner sur les conditions juridiques et fiscales de la micro entreprise. Il peut aussi faire passer sa demande d’inscription au régime auto entrepreneurial via le site, sans avoir à entrer directement en contact avec l'urssaf.

Obtenir son SIRET

Pour travailler en tant que conseiller, ou bien dispenser des cours d’œnologie, l’auto entrepreneur va facturer ses services. Pour cela, le SIRET est obligatoire, il est le numéro d’immatriculation de la micro entreprise, nécessaire pour l’ensemble des démarches administratives liées à la gestion et à la facturation.

Trouver ses premiers clients

En tant qu’œnologue, la diversité des missions et des structures pour exercer est un avantage. Premièrement, les études d’œnologie mènent généralement au secteur vinicole, mais pas seulement. Il peut aussi être possible de travailler dans l’élaboration d’autres alcools.

Il est ensuite important de savoir si l’œnologue se dirige plus vers un métier de terrain ou bien préfère travailler pour des laboratoires par exemple. Le contenu de la profession ne sera pas le même. Pour un œnologue-conseil qui va se déplacer auprès des viticulteurs sur le terrain, il est indispensable d’aller dans les régions vinicoles. Il pourra alors proposer ses services auprès de différents exploitants ou bien commencer sur un domaine spécifique.

Une autre possibilité pour l’œnologue déclaré auto entrepreneur est de se concentrer sur l’enseignement. Il peut donner des cours à l’université par exemple, mais aussi pour des publics amateurs souhaitant approfondir leur connaissance du vin. Les façons de rencontrer ses premiers partenaires et de s’installer à son compte en tant qu’œnologue sont donc multiples. Au bout de quelques années, l’expérience est un véritable atout pour pouvoir trouver des clients ou évoluer au sein de sa profession.

La fiche métier de l’œnologue

Les missions de l’œnologue

Le rôle de l’œnologue est de sublimer ce qui est produit par le viticulteur, pour en faire le vin que le consommateur attend. L’œnologue qui exerce son activité sur un domaine viticole est présent lors de toutes les étapes de production du vin. Son travail est essentiel. Son objectif : obtenir le meilleur cru possible en intervenant dans le processus de fabrication et de vinification.

Sur une année, l’œnologue aura à sa charge ces différentes phases :

  • le choix des cépages
  • l’observation de la vigne et l’analyse des raisins
  • la date des vendanges
  • le suivi de la vinification
  • la mise en bouteille

Pour cela, il ne travaille pas seul. Il est généralement en collaboration étroite avec le chef de culture. Il peut également être en charge de l’accueil des clients et des dégustations.

L’auto entrepreneur peut travailler pour plusieurs entités en étant consultant. Il intervient auprès des exploitations vinicoles et donne des conseils aux producteurs sur la vinification de leurs récoltes, les assemblages à réaliser. Il contrôle également la culture des raisins et peut proposer une date pour les vendanges.

Il est aussi possible d’exercer le métier d’œnologue sans être sur le terrain. Un œnologue peut travailler dans un laboratoire ou une coopérative. Dans ce cas, il analyse les échantillons reçus et donne des conseils quant à la façon de poursuivre la vinification, selon le profil attendu du vin analysé.

Sa fonction est stratégique, du fait de ses connaissances techniques et scientifiques, il peut améliorer la qualité et ainsi aider à mieux commercialiser des produits issus de la viticulture française.

Lieux d’exercice

Par excellence, l’œnologue se trouve là où se produit le vin. Il est donc particulièrement installé dans les régions viticoles. Certains œnologues partent s’expatrier à l’étranger. Ils sont en effet très recherchés par d’autres pays qui souhaitent profiter des connaissances et savoir-faire français pour élaborer des produits viticoles de qualité. Tous les ans, une partie des diplômés en œnologie quitte ainsi le territoire français.

Mais la profession d’œnologue peut aussi s’exercer dans d’autres régions lorsqu’il s’agit d’animer des cours d’œnologie par exemple. Ce sont des formations de loisirs qui peuvent intéresser un public varié, mais souhaitant approfondir sa connaissance du vin. Un œnologue peut donc organiser des ateliers ou des mini formations localement, que ce soit dans une zone viticole ou non, en France ou bien même à l’étranger.

Les qualités et les compétences requises

L’œnologue dispose de solides enseignements pour le guider dans les différents aspects de son métier. Quand il s’agit d’un œnologue de terrain, il doit allier à la fois les connaissances scientifiques et les connaissances viticoles. Il doit aussi avoir les sens suffisamment développés pour que son odorat et son gout lui permettent de travailler les vins comme il le souhaite. Les perceptions de l’œnologue doivent être aiguisées pour être pertinentes.

Par ailleurs, l’œnologue se doit d’être rigoureux et attentif dans la gestion de la vigne et de la vinification. Il doit régulièrement goûter les raisons ou bien procéder à des tests et rester vigilant pour ne pas perdre une étape ou perdre le bon moment de passer d’une étape à une autre. Il se doit d’être présent sur le terrain fréquemment, sans compter ses heures, notamment à l’approche des vendanges. C’est lui qui supervise toutes les étapes de fabrication du vin. Toute négligence peut grandement affecter la qualité du produit final. La rigueur est également de mise pendant les dégustations. En effet, il peut être amené à déguster plusieurs dizaines de vins lors d’une même session, mais ses sens doivent rester aiguisés dans tous les cas.

L’œnologue travaille en lien avec des producteurs viticoles. Il se doit d’être à l’écoute de leurs besoins et commentaires quant à l’assemblage et le type de vin souhaité. En tant que conseiller, il répond au mieux aux besoins des professionnels avec lesquels il coopère. Dans son quotidien, il est en contact avec de nombreuses personnes, comme le viticulteur, le directeur technique des vignes ou bien encore d’autres œnologues et professionnels du secteur. Il est en quelque sorte le chef d’orchestre du secteur vinicole.

Un œnologue représente aussi le vin. Il doit pouvoir communiquer facilement dessus, et l’expliquer auprès de potentiels acheteurs. Il en est l’ambassadeur.

Face à l’internationalisation et la renommée mondiale des vins français, il est impératif de pouvoir parler en anglais, surtout si l’auto entrepreneur est en contact direct avec des clients venus de l’étranger. De même, une bonne maîtrise d’une langue étrangère permettra d’exporter son savoir, soit en allant exercer dans un autre pays, ou alors en y menant des formations ou conférences par exemple.

La formation pour devenir œnologue

Le DNO, Diplôme National d’Oenologie est nécessaire pour pouvoir exercer en tant qu’œnologue. Il est obtenu après 5 années d’études Post Bac. Le diplôme est accessible après une licence dans le domaine de l’agronomie, de la biochimie, de la biologie ou toute autre licence de ce domaine. La préparation est de 2 ans et est proposée dans différents centres universitaires français (Bordeaux, Montpellier, Reims, etc.).

Il est également possible d’accéder au métier via la formation en continu, ce qui est proposé par de nombreuses écoles

Le salaire en tant qu’œnologue

Les salaires varient selon les régions de production et l’expérience. Il est considéré qu’un œnologue en début de carrière peut prétendre à être rémunéré environ 2000 € bruts par mois alors qu’un œnologue confirmé et reconnu pourra recevoir un salaire allant jusqu’à 5000 €. Un emploi auprès d’un grand cru classé aura une répercussion directe sur le niveau de rémunération. Renseignez-vous auprès d'une banque pour les micro entrepreneurs pour avoir un compte bancaire dédié.

Il est également possible d’exercer l’activité d’œnologue en parallèle d’un métier salarié. Il s’agit là alors d’obtenir un complément de revenus. Il peut notamment faire cela dans le cadre de cours ou de dégustations, qui peuvent être organisées un peu partout en France pour des personnes souhaitant approfondir leur connaissance du vin. Dans ce cas, le statut auto entrepreneur est extrêmement pratique puisque le plafond du chiffre d’affaires n’est pas dépassé. L’œnologue peut ainsi partager sa passion en restant dans la légalité. Son activité extra est en effet déclarée.

Les débouchés

Il existe plusieurs débouchés possibles pour un œnologue. En accumulant une solide expérience, il peut viser une place de directeur de cave ou bien encore de directeur technique. Travailler pour un domaine classé grand cru est un objectif partagé par de nombreux œnologues. Il s’agit là d’une véritable reconnaissance de ses qualités professionnelles. Un poste de ce type permet ensuite de prétendre à une rémunération plus élevée.

Le métier d’œnologue est extrêmement complet, il est donc envisageable de se diriger plus vers la partie commerciale ou bien encore de conseils. Il est aussi possible de devenir directeur d’une coopérative par exemple. Dans tous les cas, c’est un métier qui amène à des évolutions tout en restant dans le domaine de la viticulture. Un œnologue peut également se tourner vers l’enseignement ou bien encore la recherche. Le nombre de postes reste limité et la réputation de l’œnologue est un facteur clé pour pouvoir être mobile au sein de ce secteur.

Les questions les plus fréquentes

Ces deux professions sont liées spécifiquement au monde du vin et peuvent donc être facilement confondues. Mais l’œnologue et le sommelier, bien que complémentaires, n’ont pas le même rôle dans le parcours du vin depuis la vigne jusqu’au verre. L’œnologue est présent lors des étapes de production du vin et notamment de la vinification. Le sommelier n’intervient qu’une fois que le vin est produit, son rôle est d’en connaître les qualités et de savoir le recommander en fonction du type de vin recherché.

Non, même si œnologie rime généralement avec viticulture, les études d’œnologues ne mènent pas qu’à la production du vin. Un œnologue peut en effet participer à l’élaboration d’autres alcools obtenus par des procédés chimiques naturels de fermentation et distillation. Il est par exemple possible de travailler dans le secteur des alcools fort comme l’industrie du rhum. Dans ce cas, la matière première n’est plus le raisin, mais le sucre de canne. Le professionnel intervient de la même façon dans les différentes étapes d’élaboration du produit. Cependant, la formation d’œnologue est particulièrement pensée pour être mise en pratique dans le secteur viticole.