luthier auto entreprise

Comment devenir luthier auto entrepreneur ?

Consultez ici ce qu'il faut savoir pour devenir luthier en auto entreprise et être à votre compte.

Vous avez toujours été passionné par les instruments de musique et plus particulièrement par les instruments à cordes pincées ou frottées ? Dans ce cas, saviez-vous que vous pouvez devenir luthier auto entrepreneur ? Ce statut vous permet de fabriquer, réparer, restaurer et vendre des violons, des violoncelles, des guitares, des contrebasses, des altos, etc. Vous retrouverez donc dans cet article les informations essentielles à connaître sur ce métier en commençant par quelques renseignements clés. Vous découvrirez également les étapes pour devenir luthier auto entrepreneur, la formation conseillée à suivre, le salaire moyen et les débouchés de cette profession.

Luthier auto entrepreneur : les renseignements clés

Avant de vous donner toutes les informations relatives au métier de luthier auto entrepreneur et les étapes pour s’inscrire, voyons les renseignements clés de cette profession et du statut juridique :

  • Le métier de luthier n’étant pas réglementé, aucun diplôme n’est exigé, mais une formation est évidemment conseillée pour obtenir le savoir-faire ;
  • Il est conseillé de suivre une formation de niveau CAP, de niveau bac comme un BMA (Brevet des Métiers d’Art) ou encore de niveau bac+2 comme un DMA (Diplôme des Métiers d’Art) ;
  • Le Centre de Formalités des Entreprises est la CMA (Chambre de métiers et de l’artisanat) ;
  • Votre code APE est généralement 3220Z – Fabrication d’instruments de musique ;
  • Votre plafond de chiffre d’affaires est de 72 600 € ;
  • Les cotisations sociales à verser s’élèvent à 22 % de votre chiffre d’affaires ;
  • Le taux de contribution à la formation professionnelle s’élève à 0,2 % de votre chiffre d’affaires ;
  • Vos revenus sont imposés au titre des BIC (Bénéfices industriels et commerciaux) ;
  • Votre salaire moyen mensuel est approximativement le SMIC, soit environ 1 500 € brut quand vous êtes débutant, puis il augmente progressivement avec votre expérience.

Comment s'inscrire pour débuter son activité en tant que luthier auto entrepreneur ?

Vous souhaitez devenir luthier auto entrepreneur pour fabriquer et réparer des instruments à cordes pincées ou frottées ? Avant même de commencer le processus d’inscription pour débuter votre activité en tant que luthier auto entrepreneur, il est souvent conseillé d’établir quelques prérequis. Ceux-ci vous permettent d’avoir une meilleure idée de la profession en général et de ses responsabilités.

Prérequis

Un prérequis populaire auprès de la majorité des auto entrepreneurs, quelle que soit leur activité professionnelle, est de réaliser une étude de marché. Celle-ci offre plusieurs avantages. D’une part, une étude de marché sert à étudier la concurrence, même si celle-ci n’est sûrement pas très forte pour un luthier. Vous pouvez néanmoins vous renseigner sur les compétences des autres luthiers auto entrepreneurs et les tarifs qu’ils pratiquent auprès de leurs clients.

D’autre part, l’étude de marché est très pratique pour analyser la clientèle. Par exemple, quels sont les instruments de musique les plus appréciés par vos futurs clients ? Ainsi, si vous vous rendez compte que vous n’êtes pas très familier avec certains instruments, vous avez le temps de vous renseigner, mais surtout de vous entraîner avant de démarrer votre nouvelle activité professionnelle.

Un autre prérequis populaire auprès des artisans auto entrepreneurs est de créer un site web. Vous pouvez y indiquer votre formation, vos compétences et votre expertise. N’hésitez pas à inclure des photos, voire des vidéos de votre travail et des instruments de musique que vous avez déjà fabriqués, entretenus ou réparés.

Enfin, un prérequis qui est tout aussi important est de connaître les particularités du statut d’auto entrepreneur. L’une des principales est qu’un auto entrepreneur bénéficie de la franchise en base de TVA. Cela signifie qu’il ne facture pas la TVA à ses clients et qu’il ne la récupère pas non plus sur les achats dédiés à l’auto entreprise tels que le bois, les outils, les matières premières, etc. De plus, un luthier auto entrepreneur peut opter pour le régime fiscal optionnel de versement libératoire au lieu du régime d’imposition classique qui s’applique par défaut.

S’inscrire sur Pole Auto Entrepreneur

La première étape pour devenir luthier auto entrepreneur est de s’inscrire en ligne sur Pole Auto Entrepreneur. Cette étape est gratuite, mais vous avez besoin de vous munir d’une copie de votre pièce d’identité. La plateforme en ligne vous permet de remplir le formulaire P0 Micro-Entrepreneur. Vous devez y indiquer toutes les informations de votre nouvelle auto entreprise ainsi que le régime fiscal que vous souhaitez suivre. D’ailleurs, si vous sélectionnez le régime de versement libératoire, vous devez préciser si vous avez prévu d’envoyer la déclaration de chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trois mois.

Le CFE correspondant qui est la CMA récupère alors votre déclaration d’activité en tant que luthier auto entrepreneur. Vous devez ensuite préparer un justificatif de domicile et une déclaration sur l’honneur de non-condamnation afin d’être immatriculé au Répertoire des métiers.

Obtenir son SIRET

L’obtention du numéro de SIRET se fait par l’INSEE quand la CMA valide votre dossier de déclaration d’activité. Pour rappel, le SIRET correspond au système d’identification du répertoire des établissements. Il s’agit d’une suite de 14 chiffres composée par l’INSEE. Vous obtenez votre numéro de SIRET avec les autres documents que l’INSEE envoie par courrier :

  • Un certificat d’inscription au Répertoire des Entreprises et des Établissements : celui-ci comporte le numéro SIRET et le code APE (activité principale exercée) ;
  • Une notification d’affiliation à la Sécurité Sociale des Indépendants pour créer un compte en ligne quand vous devez déclarer votre chiffre d’affaires ;
  • Un avis de situation au répertoire Sirene ;

     

  • Un extrait K ou Kbis : il prouve l’existence juridique de votre nouvelle auto entreprise ;
  • Une notification d’affiliation au régime auto entrepreneur de votre CFE.

Après avoir terminé toutes ces étapes, vous êtes officiellement devenu luthier auto entrepreneur. Il ne vous reste donc plus qu’à trouver vos premiers clients afin d’établir progressivement une clientèle large et fiable.

Trouver ses premiers clients

Trouver ses premiers clients est une étape particulièrement difficile pour tous les auto entrepreneurs. En effet, ce n’est pas toujours facile de réussir à les contacter et à établir une relation de confiance puisqu’ils ne vous connaissent pas. Afin de faciliter ce processus, il est fortement conseillé de faire de la prospection sur les réseaux sociaux et les forums spécialisés dans les instruments de musique.

Étant donné que le métier de luthier n’est pas très populaire, vous devriez commencer à voir votre clientèle grandir dès les retours des premiers clients satisfaits de vos services. D’ailleurs, n’hésitez pas à aussi vous inscrire sur les sites de petites annonces et ceux d’avis clients. Vous pouvez également distribuer des flyers et des cartes de visite à la population locale et encore plus particulièrement dans les écoles de musique, les magasins d’instruments et autres.

La fiche métier du luthier

Le luthier est un artisan spécialisé dans les instruments de musique à cordes pincées ou frottées. Pour vous donner quelques exemples, ces instruments sont les violons, les violoncelles, les altos, les guitares et les contrebasses. Certains luthiers ont aussi un savoir-faire dans les instruments dérivés tels que les ukulélés ou encore les banjos.

De plus, le luthier fabrique de A à Z les instruments de musique à cordes pincées ou frottées. Cela signifie qu’il est chargé de concevoir lui-même l’instrument, de dessiner un plan, de choisir le bois approprié, etc. Le luthier est également capable d’entretenir, de réparer et de restaurer des instruments de musique.

Les missions

Les missions d’un luthier sont diverses et variées. Elles varient en fonction du type de travail : fabrication, réparation, entretien, restauration, etc. Elles dépendent également de l’instrument de musique spécifique sur lequel le luthier travaille. À titre d’exemple, voici une liste non exhaustive des missions d’un luthier au quotidien :

  • Dessiner l’instrument de musique sur papier ;
  • Choisir l’essence de bois en fonction de l’instrument à fabriquer ;
  • Découper le bois et le sculpter pour créer les pièces de l’instrument ;
  • Assembler les différentes pièces entre elles pour fabriquer l’instrument ;
  • Poser les cordes de l’instrument ;
  • Restaurer les anciens instruments de musique ;
  • Réparer les instruments de musique des clients ;
  • Tester et évaluer la sonorité de chaque instrument ;
  • Optimiser la sonorité d’un instrument en respectant les demandes des clients ;
  • Entretenir les instruments historiques des musées en suivant les règles de conservation.

Lieu d’exercice

De manière générale, le luthier travaille dans son atelier. Il y conçoit et fabrique ses instruments de musique. De plus, les clients lui apportent aussi des instruments à réparer, entretenir ou restaurer. L’avantage évident de travailler dans son propre atelier est d’avoir facilement accès à tous les outils et les matériaux nécessaires. Cependant, un luthier peut également se déplacer et travailler dans des installations temporaires.

Par exemple, le luthier se rend parfois dans des conservatoires de musique et des orchestres pour y travailler sur les instruments de musique. Dans certains cas, le luthier peut aussi se déplacer directement au domicile des clients, surtout lorsque les instruments à entretenir ou à réparer sont particulièrement imposants et difficiles à transporter.

Les qualités et les compétences requises

Étant un artisan, un luthier doit évidemment avoir des compétences bien spécifiques et un savoir-faire inégalé pour fabriquer, entretenir et réparer les instruments de musique à cordes pincées ou frottées. En plus d’avoir une excellente oreille musicale, un luthier doit avoir les qualités et les compétences suivantes :

  • Savoir jouer les instruments de musique ;
  • Faire preuve de rigueur et faire attention aux détails ;
  • Être créatif et artistique ;
  • Savoir utiliser tous les outils essentiels d’un luthier ;
  • Connaître les différents types de bois et savoir les travailler et les sculpter ;
  • Avoir le sens de la communication avec les clients pour comprendre leurs besoins et répondre à leurs attentes ;
  • Être patient pour tous les projets, y compris ceux qui demandent un travail conséquent.

La formation pour devenir luthier

Le métier de luthier n’est pas réglementé en France. Par conséquent, un diplôme n’est pas obligatoire pour exercer cette profession. Bien entendu, il est tout de même fortement recommandé de suivre une formation afin d’obtenir les compétences et le savoir-faire nécessaires.

En France, plusieurs formations sont conseillées pour devenir luthier. Le niveau minimum est un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle), mais un diplôme de niveau bac+2 comme un DM (Diplôme des Métiers d’Art) permet aussi de travailler en tant que luthier. À titre d’exemple, les formations les plus populaires sont :

  • Un CAP lutherie qui peut ensuite être suivi par un CAP ouvrier archetier en alternance ;
  • Un CAP assistant technique instrument de musique option guitare ;
  • Un BMA (Brevet des Métiers d’Art) technicien en facture instrumentale option guitare ;
  • Un DMA lutherie.

Le salaire

Le salaire d’un luthier auto entrepreneur n’est pas fixe puisqu’il varie en fonction de ses qualifications, de son chiffre d’affaires et de son volume mensuel de travail. Quand il débute, le luthier auto entrepreneur touche généralement le SMIC, soit environ 1 500 € brut mensuels. Bien entendu, la rémunération d’un luthier auto entrepreneur augmente progressivement avec sa réputation et son expertise.

Les débouchés

En termes de débouchés, un luthier auto entrepreneur peut décider de suivre une formation complémentaire pour devenir archetier, s’il ne l’a pas déjà fait auparavant. À titre d’information, un archetier fabrique les archets pour les instruments de musique. Ainsi, le luthier auto entrepreneur étoffe sa gamme de compétences en devenant également archetier, ce qui lui permet par conséquent d’augmenter son salaire.

Les questions les plus fréquentes

En tant que luthier auto entrepreneur, vous devez faire attention à ne pas dépasser certains seuils, sous peine de perdre la franchise en base de TVA. Voici les seuils en question :

  • Le seuil de franchise en base de TVA : 34 400 euros ;
  • Le seuil majoré de TVA : 36 500 euros ;
  • Le seuil toléré de TVA : entre 34 000 euros et 36 500 euros.

Sur le territoire français, les établissements qui dispensent des formations de lutherie sont par exemple le lycée George Sans à Briantes, l’école internationale de lutherie d'art Jean-Jacques Pagès et l’école nationale de lutherie.