maitre d'oeuvre en auto entrepreneur

Comment devenir maître d'oeuvre auto entrepreneur ?

Consultez ci-dessous tous les renseignements pour devenir maitre d'oeuvre en auto entreprise et être à votre compte.

Vous avez le projet de vous lancer dans le BTP et vous aimeriez gérer et mener des chantiers jusqu’à leur terme ? En devenant maître d’œuvre, vous pourrez sûrement concrétiser ces objectifs. Il est également possible de se lancer en indépendant en créant sa micro-entreprise pour exercer le métier de maître d'œuvre en auto entrepreneur. Nous vous donnons dans cet article quelques informations utiles pour faire le point et commencer cette nouvelle aventure professionnelle.

Maître d'œuvre auto entrepreneur : les renseignements clés

  • Le Centre des Formalités des Entreprises (CFE) dont dépend le maître d’œuvre auto entrepreneur est l’URSSAF ;
  • Son code APE est 7490 A ;
  • Il est affilié à la CIPAV ;
  • Le plafond du chiffre d'affaires (CA) pour la micro entreprise de maître d’œuvre est 72 600 € ;
  • Il est imposé dans la catégorie des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) ;
  • Le taux de cotisations sociales s’élève à 22 % du chiffre d'affaires ;
  • Le seuil de franchise de TVA est un chiffre d’affaires de 34 400 € ;
  • L’assurance Garantie Décennale est obligatoire ;
  • L’assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RC Pro) est obligatoire.

Développons quelque peu les points clés. Le maître d'œuvre auto-entrepreneur (en micro-entreprise) fait partie de la catégorie professions libérales non réglementées. Le Centre des Formalités des Entreprises (CFE) qui reçoit les formalités de création pour ces dernières est l’URSSAF. Celui-ci est l’organisme où sera déclaré le chiffre d'affaires et où le prélèvement des cotisations sociales sera effectué.

Les micro-entreprises libérales ont un taux de cotisation s’élevant à 22 % du chiffre d'affaires qui sera déclaré mensuellement ou trimestriellement selon l’option choisie.

En ce qui concerne les cotisations retraite, son statut de profession libérale et prestataire de services fait qu'il est affilié à la CIPAV (Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d’Assurance Vieillesse). Cette affiliation est effectuée lors de la création de la micro-entreprise au CFE correspondant(URSSAF).

Le maître d'œuvre auto-entrepreneur aura un chiffre d'affaires plafonné à 72 600 € pour pouvoir continuer à bénéficier du régime de la micro-entreprise. Si ce plafond est dépassé pendant 2 années consécutives, la micro-entreprise perdra les avantages, notamment fiscaux et devra changer de régime.

En outre, il bénéficie de la franchise de base TVA, qui l'exonère de payer la TVA s’il ne dépasse pas le seuil de 34 400 € en chiffre d'affaires. Si le CA dépasse ce seuil de franchise (tout en ne dépassant pas le seuil majoré de 36 500 €) pendant deux années consécutives, cela obligera l'auto-entrepreneur à rectifier les factures envoyées le mois du dépassement (à partir du 1er du mois) en y incluant la TVA.

En ce qui concerne l’assurance, deux sont obligatoires : l’assurance Garantie Décennale, qui le couvre pendant 10 ans à partir de la réception par le client des travaux. L’autre assurance obligatoire est l’assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RC Pro) qui couvre l'auto-entrepreneur pendant sa mission.

Comment s'inscrire pour débuter son activité en auto entrepreneur maître d'œuvre ?

Pour devenir auto entrepreneur, nous allons maintenant aborder les démarches à effectuer pour lancer votre activité, depuis l’élaboration de votre idée de création d’entreprise jusqu’à trouver vos premiers clients et en passant par la création ainsi que l'inscription de votre micro-entreprise.

Réaliser un business plan

Avant de démarrer votre entreprise, il est judicieux, voire indispensable, de faire un business plan, car cela vous permettra de faire le point entre votre envie créatrice et les ressources disponibles. Celui-ci se fera en amont du projet et constituera sa rampe de lancement.

On peut résumer les principaux points à définir dans le business plan comme suit :

  • Disponibilité du marché pour un acteur nouveau : est-il saturé ou non ?
  • Étude de marché : définition de la demande, de la taille du marché, des acteurs présents (concurrents), tarifs pratiqués, etc.
  • Définition des besoins de démarrage : budget à prévoir pour les différents frais de création, de fonctionnement, etc.
  • Définition des clients cibles : taille et nombre, types (particuliers, entreprises, associations, etc.).
  • Définition des besoins des clients : tendances, types de chantier (construction, rénovation, extension).
  • Disponibilité des collaborateurs éventuels (professionnels du bâtiment, architectes, fournisseurs), car vous serez amené en tant qu'auto-entrepreneur à faire appel à d'autres professionnels.

Le dossier de création pour le maître d’œuvre auto-entrepreneur

Pour démarrer votre activité vous devez, bien sûr, constituer le dossier de création et le déposer à l’organisme compétent, à savoir l’URSSAF.

Pour l’inscription de la micro-entreprise, vous devez remplir le formulaire Cerfa P0 micro-entrepreneur correspondant : le formulaire P0 PL, désigné aussi sous la référence Cerfa n°11768*06 - Déclaration de début d'activité - personne physique - Profession libérale et assimilée et artiste auteur.

Des documents vous seront demandés : Justificatif d'identité, une attestation de non-condamnation pénale, un justificatif de domicile.

De plus, il faudra, comme cité plus haut, contracter les assurances Garantie Décennale et Responsabilité Civile (RC Pro).

S'inscrire sur Pole Auto entrepreneur

Vous pouvez effectuer les démarches seul ou bien en faisant appel à des sites prestataires dans ce domaine, tel que Pole Auto entrepreneur qui fournit un formulaire en ligne à renseigner, puis qui sera vérifié, validé et envoyé au CFE compétent (URSSAF) dans les 24 heures. Cela vous permettra non seulement de vous simplifier la procédure, mais également de faire vérifier votre dossier, ainsi que de demander conseil.

Obtenir son SIRET

Après avoir effectué les démarches de création de votre micro-entreprise, vous recevrez le SIRET, qui acte la naissance de votre entreprise. Mais qu’est-ce que le SIRET ?

Composé de 14 chiffres, le SIRET (Système d’Identification du Répertoire des Etablissements) et un identifiant servant à répertorier les entreprises françaises, y compris les micro-entreprises. Il est émis par l’INSEE gratuitement.

Le SIRET sert à identifier l'existence légale de l'entreprise, car sa composition est la combinaison du SIREN (Système d’Identification du Répertoire des entreprises) qui est un numéro unique de 9 chiffres délivré lors de la création de l'entreprise et du code NIC (Numéro Interne de Classement) composé de 5 chiffres.

Le SIRET identifie donc une entreprise de manière précise et constitue la carte d’identité de l’entreprise.

Trouver ses premiers clients

Après la création de votre micro-entreprise, la prochaine étape pour vous sera de trouver des clients. Voici quelques conseils afin de vous y aider :

  • Le bouche-à-oreille : que ce soit votre famille, vos voisins ou vos amis, ils étendront grâce à leurs réseaux et connaissances votre propre réseau.
  • La prospection : en utilisant la publicité de proximité (affiches, flyers, cartes de visite, etc.).
  • Les sites de mise en relation : des sites internet proposent de mettre en relation des clients avec les professionnels du bâtiment, en prospectant le marché et la demande. Généralement, il s’agira d'un abonnement sur une plateforme en ligne qui vous mettra en relation avec des clients demandeurs.
  • Utiliser les réseaux sociaux pour vous faire connaître : Facebook, Linkedin, Instagram peuvent être une ressource intéressante d'informations sur vos clients potentiels.
  • Consultez les permis de construire dans votre mairie : ils sont consultables gratuitement et librement. Ainsi, vous pourrez trouver des clients qui cherchent peut-être un maître d'œuvre pour mener à bien leur projet.

La fiche métier du maître d'œuvre

Les missions du maître d'œuvre

Le maître d'œuvre est l'assistant, le conseiller, l’accompagnateur et l’organisateur du chantier que le client veut accomplir, qu’il soit une construction, une rénovation ou une extension.

En sa qualité de connaisseur dans le domaine du bâtiment, il peut être amené à intervenir sur une partie ou sur l’ensemble d’un chantier jusqu'à la remise des clés. Il intervient non seulement sur le volet construction, mais aussi sur le volet économique, technique, etc. Détaillons un peu plus son rôle :

  • Il aura comme mission de faire l’étude de l’avant-projet en fonction des données (budget, choix des matériaux, style, etc.), d'établir les plans selon les recommandations, directives et besoins du client, tout en le conseillant sur les matériaux, les choix architecturaux, etc.
  • Il doit être capable de conseiller quant aux réglementations et réaliser les démarches administratives nécessaires (réglementation thermique, sécurité, permis, déclarations préalables, etc.).
  • Il établit le budget en conséquence, les devis, contrats et il choisit les différents intervenants et prestataires (artisans, architectes, fournisseurs, etc.). Il pourra, ainsi, négocier les contrats, les commandes et les tarifs avec ces derniers.
  • Il surveille, supervise et coordonne les différents intervenants du chantier, en étant en première ligne face à ceux-ci. Il s’assure du bon déroulement et de la conformité des travaux avec le plan et le planning établis, ainsi qu’à la tenue des délais fixés. Il aura aussi à organiser les réunions de chantier régulières pour faire le point.
  • Il s’assure de faire respecter les coûts convenus avec les intervenants.
  • Enfin, il est présent à la fin du chantier pour la réception du client.

Les qualités et les compétences requises

  • Sang-froid et résistance au stress : il doit pouvoir faire face à différents imprévus afin de trouver les meilleures solutions à chaque problème ;
  • Organisation : il devra coordonner plusieurs intervenants, avoir à l’esprit les contraintes (délais, budgets) et gérer de nombreuses données simultanées ;
  • Bon relationnel : le travail du maître d'œuvre est un métier de contact, que ce soit avec les clients ou les collaborateurs. Un bon relationnel et le goût pour le travail en équipe sont donc indispensables ;
  • Résolution et assurance : il doit être capable de prendre les décisions rapidement et de manière résolue et assurée ;
  • Polyvalence : il lui faut être à la fois technicien et manager.

La formation pour devenir maître d'œuvre

Il n’y a pas à proprement parler de diplôme « Maître d'œuvre » et dans l’absolu aucun diplôme n’est exigé lorsque l'on possède une formation ou une expérience significative et avérée dans le bâtiment. En effet, comme nous l’avons vu plus tôt, les missions, connaissances et les qualités nécessaires, qu’elles soient techniques, économiques, managériales et autres, exigent surtout un savoir-faire éprouvé.

Néanmoins, il est recommandé de se former un minimum afin d’exercer la maîtrise d'œuvre de manière professionnelle tout en obtenant une certaine crédibilité au niveau de la clientèle. À partir du Bac, il existe plusieurs formations intéressantes comme :

  • Le DUT Génie Civil ;
  • Le BTS Études et économie de la construction ;
  • Le BTS Bâtiment.

Ces formations sont de niveau Bac+2, mais il est possible de continuer en Licence (Bac+3), puis en Master (Bac+5).

Le salaire

Le salaire d’un maître d'œuvre varie grandement, car il dépend de plusieurs facteurs : la taille du chantier, son lieu, les missions confiées, le type de travaux, l’ancienneté, etc.

Un maître d'œuvre qui est en charge que de la mission partielle de conception des plans, et de la constitution et du dépôt du permis construire pourra tarifer à 3% environ du montant global du chantier. Si par contre il intervient durant tout le projet, ses tarifs peuvent monter jusqu'à 12 % du montant du chantier. N'oubliez de faire appel à une banque pour créer un compte dédiée à votre auto entreprise si votre CA annuel atteint plus de 10k euros.

Les débouchés

Que ce soit après avoir acquis de l'expérience ou avoir suivi des formations et études supplémentaires (architecture par exemple), l’auto-entrepreneur en maitrise d’œuvre pourra intégrer une entreprise de BTP (en tant que chef de chantier, chargé d'affaires, etc.) ou un cabinet d’architecture. S’il désire être son propre patron, il pourra créer sa propre agence d’architecture, un bureau d'études ou une agence de conseils.

Les questions les plus fréquentes

Ils sont nombreux, notamment : une comptabilité simplifiée et une fiscalité allégée, la franchise TVA et bien plus encore. Cependant, n’oubliez pas de prendre en compte les différents seuils (seuil de chiffre d’affaires du régime et seuil de la franchise TVA)

Non. Le maître d’ouvrage est celui qui veut faire les travaux. Le maître d'œuvre est celui qui est chargé de mener à bien les travaux. Pour résumer : le maître d’ouvrage est le client qui sollicite le maître d'œuvre pour gérer un chantier.

Oui, il peut intervenir seulement sur la partie en amont du chantier, par exemple la création des plans, l’élaboration du devis et du permis de construire, etc.