conducteur de travaux auto entreprise

Le guide pour devenir conducteur de travaux auto entrepreneur

Retrouvez notre guide pour obtenir tous les renseignements afin de devenir conducteur de travaux en auto entreprise et être à votre compte.

Le conducteur de travaux est le seul décideur sur le chantier. En effet, il est le chef d’orchestre du chantier puisqu’il coordonne et dirige l’ensemble des activités du site. De plus, celui-ci organise et suit les différents moyens : techniques, humains et financiers qui sont nécessaires à la réalisation d'un chantier de construction. Ce depuis la phase de projet jusqu'à la phase de livraison, tout en respectant évidemment les délais et les règles de sécurité.

De par sa flexibilité, le statut d’auto-entrepreneur est alors adapté au métier de conducteur de travaux indépendant. Cependant, vous devez malgré tout respecter un certain nombre de règles, et ce, en matière de formation, assurances, compétences et gestion d’activité. Retrouvez la fiche métier ainsi que tous les renseignements complémentaires et nécessaires à votre installation en tant que conducteur de travaux en auto-entrepreneuriat.

Conducteur de travaux indépendant : ses missions

Le métier de conducteur de travaux indépendant consiste en partie à assurer la gestion administrative et technique d'un ou plusieurs chantiers de construction. Son objectif : assurer le bon déroulement des travaux. Pour cela, plusieurs missions quotidiennes lui sont demandées au quotidien. Soit :

  • Étude du cahier des charges réalisé par le bureau d'études afin de définir la durée du chantier, le nombre d'ouvriers, la tarification, etc.
  • Préparation du planning prévisionnel avec les différentes étapes du chantier
  • Commande des fournitures et des équipements auprès des fournisseurs : matériaux, machines et négociation des tarifs
  • Gestion du recrutement des ouvriers
  • Responsabilité de la réglementation, qu’elle soit respectée, notamment en ce qui concerne la sécurité, le traitement des déchets ainsi que la législation du travail
  • Vérification de la qualité des travaux, ainsi que du respect des délais imposés

De plus, le conducteur de travaux en auto-entreprise peut intervenir sur un large éventail d’ouvrages tels que les bâtiments privés, les maisons, ponts et chaussées. Sur les petits chantiers, il supervise les travaux seul pour la plupart du temps. Cependant, s'il travaille sur des projets plus importants, il pourra avoir un ou plusieurs chefs de chantier à son service.

Les qualités d’un auto-entrepreneur conducteur de travaux

Si le métier de conducteur de travaux en auto-entreprise offre de bien belles opportunités de carrière, il exige toutefois un certain nombre de compétences indispensables. En voici la liste pour devenir auto entrepreneur :

  • Être organisé : en effet, le conducteur de travaux supervise toutes les facettes du chantier et doit faire preuve de rigueur et d'organisation, notamment pour le respect des délais posés avec le client, mais aussi pour encadrer l’ensemble des ouvriers.
  • Savoir être détendu : car les enjeux financiers d'un chantier de construction peuvent être très importants. De plus, pour respecter le planning et le budget, celui-ci doit être en capacité de gérer son stress et de prendre les bonnes décisions, et ce, assez rapidement.
  • Avoir le sens du relationnel : en effet, le conducteur de travaux indépendant est la pierre angulaire du chantier. C’est-à-dire qu’il supervise non seulement les ouvriers, mais il doit également négocier avec les fournisseurs, échanger avec les prestataires et rapporter l'avancement des travaux à son client. Cela le rapproche du rôle de coordinateur.
  • Détenir des connaissances techniques : il doit disposer, en effet, de connaissances en matière de sécurité, de performance environnementale et de qualité afin de mener son travail dans les règles de l’art. Enfin, il maîtrise également le métrage, soit calcul de volumes, de surfaces, etc., ainsi que ses outils comme le lasermètre, MS Project, etc.
  • Être mobile : car vous devrez vous déplacer au gré des chantiers que vous aurez. Vous devrez donc pouvoir être mobile, notamment si vous devez gérer plusieurs travaux simultanément.
  • Être polyvalent : c’est en effet un véritable chef d'orchestre du bâtiment sur qui l’on doit compter et qui a tant de responsabilités quotidiennes, bien qu’il puisse déléguer au chef de chantier.
  • Capable d’anticipation et de réaction face aux problèmes : oui, le chef de travaux TCE doit être capable d'anticiper les problèmes, et doit pouvoir être particulièrement réactif, notamment si une difficulté survient. Il doit pouvoir prendre la ou les bonnes décisions pour s'assurer que le chantier n’ait aucun retard.
  • Savoir communiquer : véritable médiateur, vous devrez posséder d'excellentes compétences en communication et vous montrer à l'écoute de votre équipe professionnelle. En effet, une bonne dose de diplomatie est indispensable afin de conserver une bonne ambiance de travail et donc un meilleur résultat sur le chantier.
  • Autres qualités attendues : faire preuve d'autorité, de diplomatie et de charisme.

Ne vous en faites pas, beaucoup de qualités s'amplifient souvent au fil des années de construction de votre entreprise et de l'expérience que vous allez acquérir.

Son environnement de travail

Le conducteur de travaux passe le plus clair de son temps sur le chantier ou encore en déplacement chez des fournisseurs. Le reste du temps, celui-ci travaille dans les bureaux d’études.

Les formalités pour devenir conducteur de travaux indépendant

La formation d’un conducteur de travaux

Bien que ce métier ne soit pas réglementé, il est indispensable de disposer des qualifications professionnelles nécessaires. C’est pourquoi nous vous dressons ici une liste exhaustive de formations accessibles depuis le Bac.

Niveau bac + 2

Il est indispensable, pour devenir conducteur de travaux, de détenir un diplôme de niveau BAC+2. A vous alors de choisir la formation qui vous appelle à travers cette liste de diplômes supérieurs.

  • BTS bâtiment
  • BTS EEC - Etudes et économie de la construction
  • BTS TP - travaux publics
  • Technicien spécialisé conducteur de travaux (ESTP)
  • Titre de dessinateur en bâtiment et architecture (Ecole Edaic Lyon)

Niveau bac + 3

Vous souhaitez continuer vos études ? N’hésitez pas. En effet, plus vous gagnerez en connaissances et expériences, plus vite vous pourrez atteindre un niveau professionnel et une maturité qui se retrouveront dans votre pratique d’auto-entrepreneur.

  • BUT Génie Civil - construction durable
  • Licence professionnelle métiers du BTP : génie civil et construction
  • Licence professionnelle métiers du BTP : travaux publics. Différents parcours : CCTP - conduite de chantiers de travaux publics, encadrement de chantier, infrastructures et réseaux (Toulouse 3)
  • Licence professionnelle métiers du BTP : bâtiment et construction. Différents parcours : conducteur de travaux en maison individuelle (université de St Etienne), réhabilitation des bâtiments (Lyon 1), conducteur de travaux bâtiment (Toulouse 3)
  • Licence professionnelle métiers du BTP : performance énergétique et environnementale des bâtiments, rénovation énergétique de l'habitat (Toulouse 3)
  • Licence professionnelle métiers de l'énergétique, de l'environnement et du génie climatique, conception des installations de génie climatique (Toulouse 3)
  • Licence professionnelle management et conduite de travaux (ESTP)
  • Responsable technique en bâtiment et des travaux publics (ISCO - institut supérieur de la construction)
  • Bachelor chef de projet du bâtiment en économie de la construction (AFIP)
  • Bachelor travaux publics (ESITC Caen)

niveau bac + 5 et plus

  • Master international en génie civil des ouvrages complexes et nucléaires (ESTP)
  • Diplôme d'ingénieur en génie civil ou dans le BTP : ESTP, ENTP, centrale de Nantes, CESI, ISBA-TP

Evolution de carrière et salaire

Le conducteur de travaux peut monter en grade pour devenir directeur de travaux. Ainsi, il supervisera alors des opérations nécessitant l’intervention de plusieurs conducteurs de travaux, dont il aura la responsabilité.

En tant que conducteur de travaux salarié débutant dans le métier, celui-ci peut être en mesure de toucher jusqu’à 2 400 euros, puis, en évoluant et en prenant de l’expérience, gagner près de 2600 euros. Toujours en salariat, un conducteur de travaux ayant près de 10 ans d’expérience, pourra gagner plus 3000 euros. Cela permet de vous donner une approximation du salaire que vous pourrez toucher. Cependant, en tant qu’auto-entrepreneur, il est de votre devoir de mettre à bien votre entreprise afin de parvenir au salaire que vous désirez.

Une profession qui embauche ?

Après études supérieures, le métier de conducteur de travaux est accessible et l’insertion y est relativement bonne. Ce qui explique un taux de chômage relativement bas. De plus, le conducteur de travaux détient un large choix de lieu où travailler : chantier dans le bâtiment, dans la voirie ou encore dans une centrale électrique, par exemple. Là où il y a des travaux, le conducteur de travaux répond présent. La plupart de ces professionnels exercent cette profession en France, mais il est intéressant de savoir qu’un tiers des conducteurs de travaux exercent sur des chantiers à l’étranger.

Lancez-vous dans l’entrepreneuriat

Le régime de l’auto-entreprise est relativement simple. Cependant, le conducteur de travaux indépendant a malgré tout plusieurs obligations à respecter. Vous êtes prêts ? Inscrivez-vous et déclarez vos nouveaux chiffres d’affaires. Vous ne savez pas comment vous y prendre, ni dans quel ordre faire les démarches ? Ne paniquez pas, tout est là :

Nos conseils pour devenir conducteur de travaux indépendant

Le métier de conducteur de travaux auto-entrepreneur peut être relativement concurrentiel, notamment si vous ne disposez pas d’un diplôme d’ingénieur. C’est pourquoi plusieurs conseils sont à suivre afin que votre activité réussisse :

L’obligation d’assurance d’un conducteur de travaux

En effet, au même titre qu’un maçon ou un plombier, le conducteur de travaux indépendant est dans l’obligation de disposer d’une garantie décennale. Dans la mesure où il intervient dans la conception d’un ouvrage, ce contrat lui permet donc d'être couvert en cas de dommages intervenant dans les 10 ans après la fin du chantier et impactant l'usage ou la solidité du bâtiment. Enfin, sachez que l’assurance décennale de l’auto-entrepreneur doit obligatoirement être souscrite avant tout début de chantier. De plus, vous devrez également souscrire une assurance de responsabilité civile professionnelle. Aussi appelée RC Pro, cette garantie couvre les dommages matériels et physiques que vous pourriez causer à un tiers dans le cadre de votre activité. Cela n’est pas à prendre à la légère dans ce type de travail.

En résumé : les éléments clés

Nous avons conscience que cela fait beaucoup d’informations. C’est pourquoi nous vous faisons ici un point sur les informations les plus importantes à connaître sur votre statut d’auto-entrepreneur :

  • Étape 1 : L’inscription en ligne. En effet, vous devez obligatoirement déclarer la création de votre activité d'auto entrepreneur en ligne. Pour cela, vous pouvez notamment utiliser le site internet « Guichet Entreprises » ou encore le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF.
  • Étape 2 : Réception des documents. Suite à votre inscription, vous recevrez alors un certain nombre de documents, dont votre numéro de SIRET que vous devrez indiquer dans vos factures et devis.
  • Étape 3 : La déclaration de votre chiffre d’affaires. Vous devez obligatoirement déclarer votre chiffre d’affaires mensuellement ou trimestriellement selon son choix déclaratif lors de votre inscription. Attention, la somme à déclarer sur le site Auto-Entrepreneur de l’URSSAF correspond bien aux encaissements sur la période et non aux sommes facturées. Pour information, sachez que le plafond de chiffre d’affaires d’un conducteur de travaux est de 72 500 euros. Au-delà de ce montant, si vous le dépassez deux années de suite, vous perdez le bénéfice du régime de l’auto-entreprise. Vous devez également respecter les plafonds de TVA de l’auto-entreprise, seuil de base à 34 400 euros et seuil majoré à 36 500 euros afin de continuer à en être exonéré.
  • Étape 4 : Les obligations comptables. En tant que conducteur de travaux en auto-entreprise, il est de votre devoir de tenir à jour un livre des recettes. De plus, vous devez également créer un compte bancaire dédié spécifiquement à votre activité si votre chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 euros durant 2 années consécutives.
  • Ne cessez jamais de vous former : cela vous permettra d’obtenir des diplômes plus élevés ou bien des habilitations spécifiques.
  • Faites-vous connaître, notamment des professionnels tels que les promoteurs, chefs de chantier, architectes, etc. N’hésitez alors pas à participer à des événements et à démarcher.
  • Développez votre notoriété : créez votre site Internet et inscrivez-vous sur des annuaires professionnels.
  • Diversifiez-vous : réalisez en effet de la maîtrise d'ouvrage, puis d'œuvre, et de la gestion de second œuvre et développez une expertise pour répondre aux appels d'offres.

En bref :

  • Votre Centre de formalités des entreprises est l’URSSAF
  • Votre plafond de chiffre d'affaires est de 72 500 euros
  • Votre taux de cotisations sociales est d’un taux de 22 %
  • Votre catégorie d'imposition est le BNC, bénéfices non commerciaux
  • Votre code APE : 481A - Conducteurs de travaux. A entrer lors de votre inscription en ligne
  • Votre rémunération possible de 3 000 euros par mois à 4500 euros