hypnotherapeute auto entreprise

Comment devenir hypnothérapeute auto entrepreneur ?

Toutes les démarches pour devenir hypnothérapeute en ouvrant une micro entreprise et obtenir son numéro de siret.

Bien qu'il s'agisse d'une pratique qui existe depuis l'Antiquité, l'hypnothérapie n'est toujours pas à ce jour une profession reconnue en France et continue d'être bardée de stéréotypes. En agissant sur l'inconscient de ses patients au travers de la voix, du regard et des sensations, le praticien travaille pour régler différents types de troubles : stress, claustrophobie, anxiété, états dépressifs, addictions, etc. Nombreuses sont les personnes qui confondent encore cette pratique avec de la magie, pourtant les examens d'imagerie magnétique prouvent que des phénomènes biologiques ont bien lieu lors de la mise en état hypnotique. Découvrez ce métier passionnant en détail ainsi que les conditions pour pouvoir exercer comme hypnothérapeute auto entrepreneur.

Hypnothérapeute auto entrepreneur : les renseignements clés

Tout d'abord, voici quelques renseignements clés relatifs à l'activité d'hypnothérapeute auto-entrepreneur, que vous devrez connaître si vous envisagez de suivre cette voie professionnelle :

  • Votre activité dépend de l’URSSAF.
  • Votre code APE est 86.90F - Activités de santé humaine non classées ailleurs
  • Votre plafond de chiffre d’affaires est de 72500€ à l’année.
  • Vos cotisations sociales représentent 22% de votre chiffre d’affaire et 11% avec l'ACRE.
  • Vos revenus sont imposés au titre des BNC (Bénéfices Non Commerciaux).
  • Le prix de la consultation est en moyenne de 60€ à 100€.

Il est également important de clarifier que cette profession n'est pas reconnue par les autorités, ni par la médecine.

Comment s'inscrire pour débuter son activité en tant qu’hypnothérapeute auto entrepreneur ?

Comme pour toute activité s'exerçant avec le statut d'auto entreprise, vous devrez suivre certaines démarches pour vous lancer comme qu’hypnothérapeute libéral.

Prérequis

Voici les premières étapes à suivre, qui constituent les prérequis.

L’enregistrement de votre diplôme au répertoire ADELI

Le métier d'hypnothérapeute n'étant pas reconnu, aucun diplôme n'est obligatoire pour pouvoir exercer légalement. Pourtant, certaines associations qui encadrent cette profession et notamment l'Institut Français d'Hypnose recommandent pour exercer légitimement, de posséder une qualification professionnelle dans le secteur médical ou paramédical et de suivre une formation en hypnose en complément.

Ainsi, si vous êtes dans ce cas de figure, il est dans votre intérêt d'effectuer les démarches obligatoires pour l'obtention de votre numéro ADELI des professionnels de la santé, en enregistrant votre diplôme universitaire auprès de l’ARS (Agence Régionale de la Santé) du département où vous exercerez.

L’étude de marché

Se lancer dans une activité professionnelle à son compte les yeux fermés, sans réaliser au préalable une étude de marché est une erreur à ne pas commettre.

Cette étude peut être plus ou moins poussée et être réalisée par vos soins ou confiée à des professionnels, mais il est important d'investir du temps pour analyser les forces, les opportunités, les difficultés et les menaces qui entourent toute activité.

La détermination du budget prévisionnel

Une autre étape fondamentale qui précède l'immatriculation de votre auto entreprise est la détermination du budget prévisionnel. Grâce à cette étude financière, qui vise à estimer les dépenses et les recettes, vous parviendrez à :

  • Avoir une idée du chiffre d'affaires envisageable.
  • Calculer le financement nécessaire pour vous installer à votre compte.

L'aide d'un expert-comptable pourra vous être précieuse pour un chiffrage plus précis.

S'inscrire sur Pole Auto entrepreneur

Pour faire la demande d'immatriculation de votre auto entreprise d'hypnothérapie, plusieurs voies sont possibles. Vous pourrez opter entre réaliser vous-même les démarches auprès des différentes entités ou bien, pour vous simplifier la vie, vous inscrire sur le site de Pôle Auto entrepreneur. Sur ce site, l'inscription se déroule en deux étapes distinctes :

  • L'inscription à votre CFE (Centre de formalités des entreprises) qui, dans le cas des activités libérales est l’URSSAF.
  • L'élaboration de la déclaration de début d’activité. Vous devrez pour cela compléter un formulaire d’inscription du type Cerfa P0 Micro entrepreneur. Vous pourrez alors décider de déclarer votre chiffre d'affaires mensuellement ou trimestriellement, mais il faudra veiller à ne pas dépasser le seuil plafonné de 72500€

En plus de cette inscription, il est conseillé de réaliser la demande d’ACRE (Aide à la création et à la reprise d’une entreprise, qui permet de bénéficier d'un allégement des cotisations sociales pendant 12 mois. Concrètement, vos cotisations sociales représentent 22% de votre chiffre d'affaires, mais avec l'ACRE, ce taux sera divisé par deux durant la première année de fonctionnement de l'entreprise.

Obtenir son SIRET

L'URSSAF traitera votre demande d’immatriculation et communiquera avec l’INSEE qui se chargera alors de vous attribuer votre numéro SIRET (Système d'Identification du Répertoire des Établissements).

Le numéro SIRET est attribué de forme gratuite.

Trouver ses premiers clients

Après avoir réalisé toutes ces formalités administratives, il vous faudra trouver vos premiers clients. Cette étape peut être compliquée dans une phase initiale, jusqu'à la mise en place du bouche-à-oreille qui est de loin l'une des méthodes les plus efficaces pour vous faire connaître rapidement et attirer une clientèle fidèle. En adoptant les stratégies ci-dessous, vous augmenterez vos chances de vous constituer rapidement un portefeuille de clients :

  • Si vous êtes un professionnel qualifié de la santé, informez-en vos clients, qui n'en seront que plus rassurés. Indiquez votre titre professionnel sur la plaque d'entrée de votre cabinet et affichez vos diplômes et votre numéro ADELI.
  • Soignez votre présence sur internet. Créez un site internet qui donnera des précisions sur votre formation, vos prestations et vos tarifs. Profitez de cet espace pour parler des bienfaits de l'hypnothérapie et défaire les mythes qui entourent cette activité. Cette transparence sera un gage de confiance que les potentiels clients apprécieront.
  • Participez aux événements professionnels pour échanger avec vos collègues et développer des partenariats.
  • Si vos patients sont satisfaits par vos services, demandez-leur d'en parler à leurs proches.

La fiche métier de l’hypnothérapeute

Comme son nom l’indique, l’hypnothérapeute utilise l’hypnose à des fins thérapeutiques. Son objectif est d’induire ses patients dans un état de conscience modifiée pour pouvoir les aider à se détendre et à se soigner. Les applications de l’hypnose sont nombreuses : traitement de douleurs, gestion des troubles d’anxiété ou de l'humeur, changements de comportements addictifs, entre autres. Cette pratique n’étant pas réglementée en France, il est important de travailler dans la plus grande transparence pour s’installer à son compte dans les meilleures conditions.

Les missions

Pour mener à bien son activité, l'hypnothérapeute doit réaliser plusieurs tâches :

  • Lors de la consultation initiale, il accueille le patient et le questionne afin de bien cerner son problème et comprendre ses attentes. Grâce aux informations recueillies lors de cet entretien, il peut alors définir clairement les objectifs de la thérapie et mettre en place un programme d'accompagnement basé sur l'hypnose.
  • Avec des suggestions verbales directes ou une approche indirecte, comme des exercices de visualisation ou de relaxation, il aide le patient à se mettre en état hypnotique. Puis en agissant sur cet état de conscience modifiée, le praticien invite son patient à percevoir d'une autre façon la réalité. L'objectif est que celui-ci apprenne à relativiser et à attribuer la réelle importance aux problèmes qu'il rencontre, pour mieux s'en détacher. En prenant de la distance avec ses souffrances et ses difficultés, sans se heurter aux barrières de la conscience, le patient est amené à développer de nouveaux comportements qui l'aideront dans leur résolution.

Lieu d'exercice

La grande majorité des hypnothérapeutes exercent en libéral à leur domicile, dans un cabinet privé ou dans un cabinet partagé. Ces professionnels peuvent également consulter au sein d’établissements de santé, d'entreprises, ou encore de centres dédiés à l'accompagnement à la personne. Pour faciliter l’accès à leurs services, ils peuvent être amenés à se déplacer chez leurs patients ponctuellement. Cette option peut même être la règle si le praticien souhaite limiter ses coûts de fonctionnement et éviter de payer un loyer pour son activité.

Les qualités et les compétences requises

Pour être un bon professionnel et mener à bien les séances d'hypnose, il est impératif que le praticien gagne la confiance de son patient et établisse avec lui une bonne relation. Il doit posséder, en plus de ses compétences techniques, de nombreuses qualités et compétences personnelles, dont nous pouvons énumérer les suivantes :

  • Le don de la communication. L' hypnothérapeute doit savoir s’exprimer clairement. Il doit expliquer le déroulement des séances, énoncer les objectifs à atteindre et guider son client pendant la séance d’hypnose, très souvent au travers d'indications verbales.
  • Avoir une bonne capacité d’écoute et un bon sens de l'observation. Pour mieux définir les problématiques à résoudre et mettre en place un plan d'accompagnement adéquat, le praticien doit s’assurer de comprendre parfaitement les plaintes et les demandes qui lui sont adressées.
  • Posséder une grande capacité de concentration. Ce métier est exigeant mentalement. Tous les clients possèdent des personnalités propres et consultent pour des motifs variés. Pour ne pas être débordé lors de journées intenses, l'hypnothérapeute doit être organisé. Il doit tenir à jour les fichiers des clients, analyser le déroulement des séances et préparer ses sessions.

La formation pour devenir hypnothérapeute

En théorie, quiconque peut s'installer légalement à son compte, sans obligation de posséder un diplôme reconnu par l'État.

Pourtant, pour plus de légitimité et de crédibilité envers les potentiels clients, il est recommandé de suivre une formation professionnelle pour acquérir les bases indispensables du métier. L’idéal est de suivre une initiation à l’hypnose, durant laquelle sont abordés les aspects généraux de cette pratique, puis de fréquenter une formation complète qui se déroule sur plusieurs mois et permet de se spécialiser. Il existe en effet plusieurs types d’hypnose et à chacune sont associées des théories et techniques spécifiques.

La plupart de ces formations sont ouvertes à tous les intéressés, mais elles s’adressent particulièrement aux professionnels de la santé, comme les infirmiers, psychologues, psychiatres, kinésithérapeutes, etc. Les clients auront davantage confiance en leur praticien si celui-ci possède un diplôme universitaire.

Le salaire

Plusieurs facteurs vont avoir une influence sur la rémunération que peut percevoir un hypnothérapeute exerçant à son compte : sa réputation, sa zone géographique, l'existence de concurrence directe et le type de clientèle. Ainsi, pour une consultation d’une durée d’une heure, il pourra recevoir entre 60 et 100€. On estime que le salaire d'un hypnothérapeute varie entre 1800 et 2600 euros brut par mois.

Les débouchés

La demande dans ce type de thérapie est croissante et l'engouement autour de l'hypnose s'explique par son efficacité prouvée dans de nombreux domaines. En général, au bout d'une à cinq séances les résultats sont visibles, ce qui est beaucoup plus rapide qu'avec les traditionnelles sessions de psychanalyse.

Par conséquent, la formation en hypnose offre de multiples débouchés. L'exercice de la profession peut se dérouler selon différents modèles : le praticien peut travailler en individuel, dans un cabinet isolé, ou bien exercer dans un établissement de soins, au sein d'une équipe multidisciplinaire. En fonction de ses goûts et affinités, il peut se spécialiser dans un type d'hypnose ou dans le traitement de troubles spécifiques, comme la prise en charge de la douleur ou le traitement de maladies addictives. Il peut également devenir formateur.

Les questions les plus fréquentes

Voici quelques établissements qui proposent des formations : l'Institut Milton Erickson, l'Institut Hypnotim ou le Collège d'hypnose et thérapies intégratives de Paris. Si vous êtes un professionnel du secteur médical ou paramédical, vous pourrez contacter l'Institut Français d'Hypnose. Ce centre propose régulièrement des formations en hypnothérapie et hypnoanalgésie sur Paris et dans 12 villes de France.

L'hypnose est une pratique qui fait appel aux métaphores et qui implique que les patients mobilisent leur imagination. Pour cette raison, l'efficacité de cette méthode repose grandement sur la capacité des individus à entrer en état de relâchement mental. Pour travailler cette capacité, des séances de relaxation peuvent être proposées dans une phase initiale.

Oui. En 2015 l'INSERM, le seul organisme public de recherche français entièrement dédié à la santé humaine, s'est penché sur cette pratique en effectuant une vaste analyse de toutes les études disponibles sur le sujet. Il a confirmé l'intérêt thérapeutique de l'hypnose dans de nombreuses situations, par exemple son action analgésique, une réduction des douleurs lors de l'accouchement, les effets positifs sur les maladies intestinales et dermatologiques, etc.

Les autres articles