podologue auto entreprise

Comment devenir podologue auto entrepreneur?

Vous souhaitez travailler comme podologue en auto entreprise ! Voici toutes les démarches pour être votre propre patron.

Exercer le métier de podologue nécessite la détention d’un diplôme d'Etat. Si vous l’avez obtenu, il vous faut savoir que l’installation et l’ouverture d’un cabinet de podologie en auto entrepreneur requiert l'accomplissement de certaines démarches que nous expliquerons dans cet article : inscription, démarrage, etc. Ensuite, nous verrons également plus en détail en quoi consiste cette profession, ainsi que son salaire et ses débouchés.

Podologue auto-entrepreneur : les renseignements clés

Afin de devenir pédicure-podologue auto-entrepreneur, voici les informations clés à retenir :

  • Il est essentiel de détenir un diplôme d’Etat en suivant une formation de 3 ans accessible par concours pour exercer le métier de podologue ;
  • Pour exercer votre activité en tant qu’auto entrepreneur, il faudra vous inscrire au Centre des Formalités des Entreprises (CFE) compétent (URSSAF) ;
  • Le code APE du métier de pédicure-podologue en auto-entrepreneuriat est 86.90E « Activités des professionnels de la rééducation, de l’appareillage et des pédicures-podologues » ;
  • Le pédicure-podologue auto-entrepreneur dépend de la catégorie des BNC (Bénéfices non commerciaux) ;
  • Un chiffres d’affaires de 72 600 € par an peut être généré avant de perdre les avantages fiscaux que confèrent ce régime ;
  • Il est obligatoire pour un podologue libéral d'utiliser un compte bancaire dédié aux dépenses et recettes de son activité ;
  • Il est nécessaire d’établir un livre de recettes annuel, où sera recensé tous les encaissements enregistrés durant l’année sur le compte bancaire dédié à cet effet ;
  • En tant que podologue auto-entrepreneur, il est utile de remplir la déclaration fiscale 2042C Pro annuellement ;
  • Les impôts d’un podologue indépendant sont calculés sur son chiffre d’affaires (ensemble des recettes enregistrées) ;
  • Une déclaration auprès de la DSI (Déclaration Sociale des Indépendants) est également requise et permet de déterminer le montant des cotisations sociales à payer ;
  • La souscription à une assurance civile professionnelle (RC Pro) est obligatoire.

Comment s'inscrire pour débuter son activité en auto-entrepreneur podologue ?

Prérequis

Afin de devenir podologue auto-entrepreneur, vous devez commencer par réaliser une étude de marché. À commencer par le choix du lieu d’installation qui est déterminant pour la réussite d’un projet d'ouverture du cabinet de podologie.

Puis vient l’étude de marché dans la zone de chalandise qui consiste à déterminer la densité de la population, son niveau de vie, le nombre de cabinets de podologie déjà installés et les tarifs pratiqués afin de s’aligner correctement.

Une fois le marché examiné, il sera temps de passer au choix du local qui doit être bien desservi, bien situé et dans le respect total des normes (réception des personnes handicapées, sécurité incendie et électrique, etc.).

Par la suite, un plan financier doit être réalisé, afin de connaître le budget nécessaire pour devenir podologue auto-entrepreneur (matériel, frais de souscription à une assurance civile professionnelle, frais de déménagement, etc.)

Toutes ces démarches regrouperont toutes les informations nécessaires à la création d’un cabinet de podologue en auto entrepreneur, puis de les formaliser. Elles seront également un outil de dialogue avec d’éventuels investisseurs si vous ne disposez pas déjà du financement nécessaire pour vous lancer.

La profession de podologue-pédicure étant un métier libéral réglementé qui relève de l’Ordre Nationale des Pédicures-Podologues (ONPP), elle requiert quelques réglementations :

  • Le podologue-pédicure auto entrepreneur ou non est obligé de s’inscrire au tableau de l’Ordre, ce qui entraîne un versement d’une cotisation annuelle (les formalités sont à faire auprès du conseil de l’Ordre régional du lieu d’exercice) ;
  • La Souscrire à une assurance civile professionnelle (RC Pro) est obligatoire pour débuter dans son activité ;
  • Le podologue doit enregistrer son diplôme d’Etat auprès de la Délégation Territoriale de l’ARS (Agence régionale de santé) afin d’obtenir son numéro ADELI ;
  • Dispensé de comptabilité, le pédicure-podologue auto-entrepreneur est toutefois obligé de tenir un livre de recettes annuel. Ce document permettra de recenser les encaissements réalisés durant l’année de manière chronologique ;
  • La loi oblige tout pédicure-podologue auto-entrepreneur à utiliser un compte bancaire dédié aux transactions professionnelles (un compte classique ou un compte bancaire professionnel) ;
  • En tant que micro entrepreneur, il est obligatoire de remplir la déclaration fiscale 2042 C PRO annuelle, qui vous permettra de déclarer votre chiffre d'affaires ;
  • Une autre déclaration obligatoire est aussi requise concernant la DSI (Déclaration Sociale des Indépendants), qui détermine le montant des cotisations sociales à payer. (Il sera nécessaire d’y déclarer en ligne le chiffre d'affaires annuel enregistré).

Notez enfin que la création d’une micro-entreprise dans le domaine de la pédicurie-podologie ne permet pas la récupération de la TVA ni la déduction des charges professionnelles.

S'inscrire sur Pole Auto entrepreneur

Le podologue-pédicure auto-entrepreneur doit obligatoirement déclarer son activité auprès du CFE compétent, l’URSSAF en l'occurrence. Cette inscription comporte plusieurs démarches :

  • Elaborer un dossier comportant une pièce d’identité, un formulaire P0 Micro-Entrepreneur, une copie du diplôme ou justificatif d'expérience ;
  • Déclarer le début d’activité à l’URSSAF. Cette démarche peut être faite en ligne sur une plateforme légale comme Pôle Auto-Entrepreneur qui vous permettra de diminuer de gagner du temps grâce à une inscription simplifiée. En effet, l’équipe Pôle Auto-entrepreneur s’occupera de traiter et d’envoyer votre dossier en 24h au CFE compétent ;
  • Recevoir et conserver les documents officiels : une fois la déclaration validée par le CFE de l’URSSAF, le podologue auto-entrepreneur reçoit des documents attestant de l'existence et de la création de son entreprise tels que le SIRET, code APE, etc. Ces derniers doivent être conservés durant toute son activité.

Obtenir son siret

Le numéro SIRET s'obtient dès lors de la déclaration de l’auto-entreprise de podologie auprès du CFE. Et une fois que la déclaration validée par ce dernier, l’INSEE délivrera par courrier postal un document portant le nom d’« Avis de situation INSEE » comportant :

  • Le numéro SIREN ;
  • Le numéro SIRET ;
  • Le code APE.

Trouver ses premiers clients

Une fois les démarches de création du cabinet de pédicure-podologue indépendant validées, il est essentiel de trouver des clients ! Voici quelques conseils :

  • La création d’une identité professionnelle : par le biais d’un design, d’un logo, de textes percutants et précis, à adopter sur tous les supports de communication. Ceci vous permettra de vous démarquer de la concurrence ;
  • La présence en ligne : être présent en ligne est aujourd’hui primordial, que ce soit via les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, YouTube, etc.), la création d’un site internet, les newsletters, ou via les forums et groupes. Cela vous permet d’attirer des prospects et de les garder sur le long terme ;
  • Restez actif et présent hors ligne : via le canal de communication numéro un qui est le bouche-à-oreille, la presse, les petites annonces, les flyers, les groupements, événements et associations, etc.

La fiche métier du pédicure-podologue

Les missions

Le podologue ou pédicure-podologue est un spécialiste qui s’occupe des pieds de ses patients et cela sur divers niveaux :

  • Il s’occupe des problèmes mineurs essentiellement cutanés avec des soins classiques comme : l’entretien des pieds, le limage des ongles, le ponçage de zones abîmées ou sèches, l’application de pansements, crèmes hydratantes, etc.

     

  • Il traite les petites affections comme : les cors, verrues, durillons, ongles incarnés, etc.
  • Le pédicure podologue prescrit des semelles orthopédiques en vue de corriger certains problèmes de troubles statiques, pour soulager les douleurs articulaires ou encore traiter les malformations comme les pieds plats ;
  • Les podologues sont notamment sollicités pour intervenir en phase de rééducation fonctionnelle des patients, plus spécifiquement dans tout ce qui est rééducation du pied et de l'équilibre ;
  • Ils peuvent réaliser un travail d’orthoprothésiste ou d'orthésiste, en confectionnant des prothèses ou des orthèses sur mesure pour soutenir les ongles ou les orteils par exemple ;
  • Pour finir, le podologue auto-entrepreneur conseille ses patients et peut même donner des exercices à faire à la maison pour poursuivre le traitement.

Lieu d'exercice

Le podologue auto-entrepreneur travaille en tant que libéral dans son propre cabinet, seul ou en association avec d’autres confrères ou professionnels de la santé.

Il peut notamment travailler dans les services de gériatrie, rééducation, rhumatologie, diabétologie des hôpitaux, etc.

Les qualités et les compétences requises

En tant que professionnel de la santé, le pédicure-podologue doit avoir les qualités suivantes :

  • L'habileté : la podologie est un métier qui requiert une grande habileté manuelle. Il est donc important d'être précis et méticuleux dans chaque geste ;
  • La bonne condition physique : le pédicure podologue est souvent contraint à travailler en position assise sur des sièges très bas ou agenouillé, ce qui peut être fatigant sur le long terme ;
  • L'empathie et un bon relationnel : il doit avoir un bon relationnel afin de pouvoir mettre en confiance ses patients et doit en outre être à leur écoute et faire preuve d’empathie, sachant que certains soins en podologie peuvent être longs et douloureux pour le patient ;
  • Le pédicure-podologue étant aussi parfois ortho prothésiste et orthésiste, il doit être doté de bonnes compétences manuelles et techniques pour la confection des semelles orthopédiques ;
  • Pour finir, le podologue auto-entrepreneur doit être un bon gestionnaire pour pouvoir gérer et diriger son cabinet avec professionnalisme.

La formation pour devenir pédicure-podologue

Pour devenir pédicure podologue, la seule voie possible est de détenir un diplôme d’Etat de pédicure-podologue. Ce dernier se prépare en trois ans dans un institut de formation en pédicurie-podologie agréé par le Ministère de la santé.

Afin de pouvoir accéder à cette formation, il est nécessaire d'être titulaire d’un baccalauréat scientifique, de préférence (Bac S), ou d’une équivalence, ou encore justifier de cinq ans d’activité professionnelle. L’admission se fera via un concours très sélectif comptant en moyenne environ 15 % d’admis.

Les trois années de formation pour devenir pédicure podologue allient entre enseignements théoriques et pratiques. L’éducation porte sur la physiologie et l’anatomie des membres inférieurs, la pathologie statique du pied, l'appareillage, les soins de pédicurie, etc.

A chaque fin d’année, un examen avec des épreuves écrites et pratiques est prévu. Et à la fin de ses trois ans d’apprentissage, les candidats doivent se présenter aux épreuves du diplôme d’Etat de pédicure-podologie délivré par la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales (DRASS).

Comme pour tous les professionnels de la santé, les pédicures podologues doivent se former régulièrement dans le cadre d’une formation continue.

De même que pour les personnes qui souhaitent se reconvertir vers la profession de pédicure-podologue, elles peuvent préparer le diplôme d’Etat suivant une formation continue des adultes.

A noter que la formation pour devenir pédicure-podologue est très onéreuse. Pour une inscription dans un institut public, il faut compter près de 2000 € par an. Et pour une inscription dans un institut privé, la somme s'élève à près de 8000 € par an.

Le salaire

Selon son statut et l’endroit où il exerce son activité, le salaire d’un pédicure-podologue varie entre 2000 et 8000 € s’il travaille en libéral, ou entre 1400 et 2200 € dans un centre hospitalier public.

Les débouchés

Les besoins en podologie de la population sont en constante évolution. Les principaux débouchés de cette activité se trouvent dans les grandes agglomérations.

Pour la plupart des pédicures-podologues inscrits au Tableau d’Ordre (près de 98 %), ils travaillent en libéral dans des cabinets en ville seul ou en association avec d’autres professionnels de la santé. Certains travaillent dans les hôpitaux, dans les services de gériatrie, rhumatologie, rééducation, etc., au sein d’équipes pluridisciplinaires.

Le pédicure-podologue auto-entrepreneur peut envisager de poursuivre ses études universitaires en Master ce qui lui permettra ensuite de s’orienter vers la recherche et/ou l'enseignement.

Des diplômes universitaires (DU) et des diplômes interuniversitaires (DIU) permettant des spécialisations diplômantes sont ouverts pour les pédicures-podologues.

Après une certaine expérience, le pédicure-podologue, soit en cabinet indépendant ou en établissement hospitalier ou même les deux, peut éventuellement se préparer pour l’obtention d’un diplôme de cadre de santé afin d’avoir accès à un poste d’encadrement dans un service hospitalier. Cela lui permettra aussi de devenir enseignant-formateur en pédicurie-podologie.

Enfin, des formations complémentaires sont aussi disponibles en réflexologie plantaire, podologie des enfants, ostéopathe du pied, etc.

Les questions les plus fréquentes

En statut libéral, le pédicure podologue gagne entre 2000 et 8000 € par mois. Tandis que dans le milieu hospitalier, un pédicure podologue à une rémunération comprise entre 1400 et 2200 €.

Un bac S est requis pour accéder à la formation de podologie, celle-ci est accessible sur concours et elle est d’une durée de 3 ans.

Il est important d'être manuel, minutieux et aimer le contact humain. Avoir un bon relationnel et être solide physiquement sont deux choses également importantes.

Les autres articles